Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 23:53

J’aurais dû l’éviter.

Enfin j’aurais surtout jamais dû être sur la route à ce moment là, c’est ça surtout qui me travaille. Je ne bosse pas le dimanche, normalement, l’être humain n’est pas fait pour, et c’est interdit non seulement par la loi (pour quelques jours encore), mais par Dieu lui-même (pour l’éternité et au-delà, après tout il a envoyé son fils sur la croix exprès pour qu’on garde ce privilège).

 

On pense souvent aux accidents que l’on évite de peu, et pour ce qui est des accidents que l’on a pas su éviter, on pense surtout à ce qui nous y a mené. « Si seulement j’avais bien pris 3 minutes pour me brosser les dents ce matin au lieu d’1mn30, rien de cela ne serait arrivé ». Et encore, on ne repense qu’aux événements qui y sont liés directement, alors que finalement, pour suivre cette logique, il faudrait remonter aux origines de ses aïeuls, et à l’origine de l’origine, et comme on est pas bien sûr de tout ça, c’est pas très simple (les archives sur les querelles de voisinage entre homo sapiens sont très rares).

 

L’heure n’est pas à la rigolade, je me reconcentre. C’est fou combien je tente de tout dédramatiser tout le temps, juste pour éviter de faire face à mes responsabilités.

 

J’aurais dû l’éviter, donc. J’étais affûté pourtant ce matin, bien réveillé, mes réflexes au top, mon attention au poil, mes mains sur le volant posées à 10h10, un œil sur le rétro et un autre sur le futur (ma journée de vente à venir, qui serait à n’en point douter fructueuse, après tout c’est de saison), limitation de vitesse respectée, et les distances de sécurité le seraient aussi si je n’étais pas le seul fou sur la route ce matin à aller travailler plutôt que de partir pour un bain de pieds dans un bras de mer.

 

Mais je l’ai vue trop tard.

Je donnerais beaucoup pour revenir en arrière et débrancher mon réveil au milieu de la nuit une fois de plus afin d’être vraiment en retard. Peu importent les clients, ils ont leurs croissants pour leur tenir chaud en m’attendant.

Comme souvent dans ces cas là, c’est la combinaison de tout plein de ‘pas de chance’ qui a mené à l’accident. Un simple coup de volant sur la gauche aurait suffit. Sauf qu’au même moment, au ralenti (tout se passe toujours au ralenti), une voiture arrive en face. Une voiture de police, qui plus est, et il n’est jamais bon de rentrer de plein fouet dans une voiture de police, ils seraient capables (si encore vivants et moi aussi), de décider de fouiller dans mon coffre et se rendre compte que je n’ai pas mon gilet jaune fluo. On a suffisamment été prévenu qu’il en fallait absolument un, donc je redoute un peu les conséquences (le triangle, c’est bon, j’ai, ouf, suis qu’à moitié hors la loi).

Je la vois donc commencer à traverser la route. S’arrêter en plein milieu, paralysée. Repartir dans l’autre sens (le mien). Se rendre compte que c’est fichu et reprendre dans l’autre (vers la voiture de police). Se raviser, et s’arrêter pour réfléchir encore. A ce stade, la voiture en face a commencé à piler, pour l’éviter (les flics ont aussi le sens du devoir civique), moi j’ai une confiance aveugle dans mes freins (ils ont passé le contrôle technique la semaine dernière, j’ai forcément une voiture au top), mais ils ne semblent pas répondre autant que je le voudrais, et je sais le choc inévitable. J’espère juste qu’elle choisira la gauche et les roues des policiers, histoire que ce soit eux qui gèrent la paperasse, après tout ils sont habitués, moi je saurais même pas remplir un constat (me demande bien si je me tape du malus en cas d’accident mortel).

 

La pintade choisit la droite. Elle me choisit moi. La garce. Elle pouvait pas m’éviter ? Elles m’évitent toujours, en général, il fallait que cette fois-ci elle me saute dessus. C’était pas très beau à voir, des plumes ont volé, j’ai entendu un bruit sourd sur la carrosserie, j’ai préféré m’enfuir. J’ai regardé dans mon beau rétro si les flics faisaient demi-tour pour me prendre en chasse, mais il faut croire qu’ils avaient d’autres chats à fouetter (vous noterez le champ lexical).

Je suis un criminel.

J’en tremble encore.

J’ose pas y retourner, peut-être s’en est-elle sorti. Après tout, c’est Noël. Qu’elle ait 4 jours de répit.

 

Voilà, c’était l’histoire des poulets, du pigeon et de la pintade, j’espère que ça vous a plu. C’était soit ça, soit je racontais ma journée d’hier, communément appelée ‘journée la plus chargée de l’année, vive Noël, vive la société de consommation, vive les samedis, vive les coffrets qui augmentent le panier moyen’. Mais j’y reviendrai sûrement…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

Dark Tagnan 11/02/2009 16:02

Ca me fait penser à une BD qui s'appelle, si je me souviens bien, "comment je me suis enrhumé", et qui commence à la création du monde, et suis des évênements apparentés en passant par toutes les epoques, et qui débouche au final sur le pourquoi du comment qui fait que l'auteur s'est enrhumé.

...

Après une rapide recherche, le voilà :
http://www.amazon.fr/cest-comme-que-suis-enrhume/dp/2020326205

29/12/2008 15:33

Dans 50 g de beurre fondu mettez la Pintade bardée,
25 g de noix décortiquées,
1 verre de cidre,
1 verre d'eau avec 1 tablette de bouillon de Poule
1 verre à liqueur de calvados,
50 g de crème fraîche,
sel,
poivre.

Cuisez doucement 1/2 h a découvert.

Ajoutez 50 g de raisins de Smyrne détrempés.

Cuisez encore 20 mn.

Sortez la Pintade retirez la barde, mettez l'oiseau à colore 10 mn au four.

Mettez-le ensuite sur un plat avec les noix et les raisins.

Réduisez un peu la sauce.

Servez.

Hesperide 22/12/2008 22:59

Fallait la ramasser pour la bouffer, qu'elle ne soit pas morte pour rien.
(bon, hors période de chasse, tu risques gros si tu te fais chopper, mais t'avais déjà croisé les flics une fois dans la journée tu n'es pas poissard à ce point).

Herzy Leid 22/12/2008 20:24

C'est qu'il nous referait presque un remake de La Petite Chartreuse (Pierre Péju) notre spécialiste en BD préféré !

cage 22/12/2008 13:08

il va revenir l'an prochain ton poulet "I know what you did last Xmas!"
et sinon toujours dans les poulets, en tant que spécialiste, on s'en tape du gilet
et sinon, il nous est arrivé la même aventure pas plus tard que ya pas longtemps en encore plus cocasse, je te raconterais à l'occaz