Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 00:35

Ce soir, je n’arrive pas à échanger mon kilo de lessive contre vingt kilos de lessive plus nulle.

 

Je sais que nombreux sont les lecteurs et clients qui se disent que c’est une chance de pouvoir lire tout ce qu’on veut, gratuitement, de passer ses soirées à ça (enfin dans leur esprit, on y passe nos journées, derrière le comptoir, grognant quand on est dérangé), de ne pas connaître la frustration de la carte de crédit qui ne veut plus créditer alors que le cerveau en réclame plus, toujours plus (c’est que ça se lit vite, une Bd). Mais j’ai, en face de moi, sur ma gauche, une pile de Bds à lire, fort peu ragoûtante (j’essaie de partir avec des a priori  positifs à chaque fois car bon, je ne peux pas non plus faire que me plaindre de tout tout le temps, et en plus je donne leur chance à tous les livres, même les plus moches, même si ça sort chez Clair de Lune), et cette pile bancale, où se mélangent comics, mangas et toutes sortes de bandes dessinées franco-belges, est placée juste à côté d’un roman.

 

Un roman de rien du tout, avec sa couverture jaune (un coup de folie de Grasset, tiens si on réhabilitait le jaune) et ses 280 pages, que du texte, même pas une couverture cartonnée et, comble de l’arrogance, un récit complet.

 

Depuis que je suis libraire Bd (quelques années, qui se comptent sur le doigt d’une main, entre le pouce et l’auriculaire), je n’ai forcément plus (trop) le temps de lire des romans. J’ai une pile en retard d’à peu près trois mètres de haut (je n’exagère pas), et même si je sais que pour quelqu’un de ma taille, tout paraît grand, eh bien là c’en est vertigineux. Il est très frustrant de passer son temps de lecture (coincé entre le temps télé et le temps glande) devant des ouvrages médiocres (parmi lesquels percent de jolis petites fleurs éternelles, évidemment, je ne suis pas non plus maso, j’aime mon métier et la Bd, ne l’oublions pas, sinon je serais banquier ou (un mauvais) libraire généraliste ), alors que ma pile de romans trop chouettes me tend les bras, immobile, les muscles tétanisés (j’arrive les enfants, vous verrez cet été, on partira en voyage ensemble, loin de la fureur des sorties Bd). J’ai tout de même besoin du contact avec le livre, d’avoir de nouvelles couvertures chez moi, de me dire que toi, mon coco, tu passeras bientôt de la pile des non lus à la pile sacrée des lus (bon ok, peut être pas bientôt mais sois patient et va rejoindre tes nouveaux copains).

 

Tout ça pour dire qu’à lire de la Bd tout le temps, et à tomber de sommeil à chaque fois au bout de vingt pages d’un roman, j’en avais oublié la sensation enivrante de la plongée de plein pied dans un récit qui nous happe de la première à la dernière page, on lève les yeux et puf, trois heures sont passées et on a même pas eu envie de pop corn ou d’appuyer sur pause.

 

Donc merci à ce petit roman tout jaune qui a rempli pendant trois heures mon temps précieux. Merci à Philippe Jaenada. Ruez-vous sur son nouveau roman (après cinq ans, quand même, le bougre) qui sort mercredi. Ou sur ses anciens, s’il vous faut absolument de la lecture pour ce week end et que votre pile à vous réclame moins d’attention que la mienne.


Bon, à présent j'ai des Bds à lire moi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

jay 26/01/2009 14:58

étrange phénomène: en lisant les commentaires des autres, mes pensées se multiplient et j'en oublie presque ce que je voulais dire lol.

je viens de me rendre compte que ta librairie ne contient pas de livre:-o Peut-on encore parler de librairie!?

Ce genre de magazin pousse comme des champignons, à mon grand bonheur car ainsi plus de choix et "prix cassés". Et ce grâce à l'engouement pour les manga, c'est merveilleux :-)

On oublie souvent que le libraire dois se farcir tous les produits, bons ou mauvais, c'est donc bien de nous le rappeler. Même galère pour les critiques de livres ou films hihi

Mélanie 19/01/2009 10:12

Non pas que ce soit le post le plus intéressant que j'ai lu jusque là, mais c'est du moins celui qui m'a motivé à laisser un commentaire! Parce que oui bon, je me sens obligée quelque part de parler de ces "piles". On a tous des piles de trucs à faire, des piles de trucs à lire, à écouter, à voir... C'est à croire que c'est le propre de l'homme de faire des piles! Enfin bref je voulais juste dire à Matilou "merci pour ton soutiens (involontaire certes)" car je me sens moins seule: je suis moi aussi la reine des listes! Je passe mon temps à rédiger de longues listes de trucs urgents à faire. (ça n'empêche que j'ai toujours pas acheté ces foutus timbres!) Je trouve ça plutôt pathétique puisque dès le départ je sais que je n'en viendrais jamais à bout... Mais comme je vous dis c'est le propre de l'Homme. Enfin là je m'égare! Je voulais aussi rajouter que j'agrandis moi aussi ma pile de "trucs à lire" et qu'entre les lectures imposées en cours et ma soif de lire qui avait disparu (ça craint pour une étudiante en Métiers du livre, on est d'accord!), elle n'en finit plus de grandir! Il y a t'il un remède à cela ou pensez-vous que j'en viendrais à bout quand j'aurais genre 60 ans et que je serais bouquiniste car ma retraite ne sera pas suffisante?!

Matilou 18/01/2009 21:08

Plutôt moralisateur: "ça t'apprendra, vilain, à souhaiter la mort de tes semblables; regarde maintenant, y'a plus personne pour te faire entendre les voix que tu chérissais tant!"
Oh mais oui, c'est vrai ! Je n'avais pas retenu cette ironie du sort...c'est p'têt parce que je porte pas (encore) de lunettes. Et puis, moi, c'est pas pareil: je souhaite juste avoir plus de temps pour lire.
Y'a pas un épisode où on peut arrêter le temps...et qui finisse pas trop mal ?

lokiane 18/01/2009 17:35

@ Matilou
D'après mes souvenirs l'homme en question avait souhaité la disparition de ses semblables pour être enfin tranquille. Mais à peine se fait-il à l'idée qu'il va pouvoir consacrer sa vie à la lecture qu'il casse ses lunettes. Assez traumatisant cet épisode...

Matilou 18/01/2009 16:08

Ton billet, libraire, me rappelle 2 souvenirs:
-un épisode de la quatrième dimension qui se terminait par une image qui me fait encore parfois envie: les êtres humains (enfin, les Américains...qui ont vite fait de réduire la Terre à leur pays) avaient disparu suite à une catastrophe digne de l'Apocalypse (enfin je suppose)...Tu l'auras deviné, il restait tout de même (c'est le propre des héros américains) un survivant. Si ma mémoire est bonne (elle cohabite avec mon imagination: toutes deux s'entendent à merveille et régulièrement s'amusent à se faire passer l'une pour l'autre), le héros se mettait à la recherche de ses semblables et finissait par un lieu magique: la bibliothèque. Il n'y trouve personne, en sort et finit par s'asseoir au milieu d'un tas de livres, en ramasse un et commence sa lecture...
(A mon humble avis, le scénariste devait avoir une sacrée pile à la maison...)

-une nouvelle qui raconte comment un lecteur, perdu au milieu de cartons de livres et dans sa lecture, en oublie de manger et finit par mourir.
Moralité: pense à poser un paquet de balistos à côté de ta pile...

Quant à mes piles à moi, elles sont d'abord virtuelles et apparaissent sous la forme de listes (je possède cahiers, carnets, feuilles volantes, listes de listes...) avant de se matérialiser sous la forme de piles réelles.
Si quelqu'un connaît le chemin de la quatrième dimension...