Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 00:48

Aujourd’hui je me suis fait beau.

J’ai mis mes plus belles chaussettes (on sait jamais), mon pull qui crie au monde que j’ai beau ne pas suivre la mode, je n’en suis pas moins séduisant, un jean’s qui me fait de fort jolies fesses, mais ça sert pas à grand-chose car les filles ne regardent pas les fesses des hommes (enfin j’espère, sinon c’est dégoûtant) ainsi que mes baskets préférées.

 

Aujourd’hui j’ai rendez-vous avec mon avenir.

Aujourd’hui j’ai rendez-vous avec les journalistes de France.

Aujourd’hui mon expertise éclatera au grand jour, le discours de l’autre Américain, à côté du mien, ce sera de la bouillie de rhétorique.

 

Car aujourd’hui j’ai rendez-vous dans une petite bibliothèque de campagne afin de faire un exposé auprès de (on va dire) quelques personnes.

Sans vouloir entrer dans la caricature, j’ai mis un peu de temps à trouver, non pas parce que mon GPS ne le situait pas sur sa carte, mais plutôt parce que je n’ai pas de GPS et que je suis une quiche intersidérale pour tout ce qui est orientation. Et c’est un euphémisme. Même si je viens seulement de tourner à gauche, il me faudra un petit moment et quelques tours de pâtés de maisons avant de comprendre comment faire demi-tour et retrouver mon chemin. ‘fin bon, passons.

 

Je suis donc arrivé légèrement en retard, mais bon, il est toujours chic de faire attendre la presse. Même la presse ultra locale. Sauf quand elle n’est pas encore arrivée (faut que je bosse mes entrées moi). J’ai été accueilli très chaleureusement par le bibliothécaire qui m’avait invité à parler de l’histoire du manga et de ses répercussions sur nos chères têtes blondes gavées de tests scolaires en ce mardi et par…heu…voyons…1…2….3…4…ah, un autre là bas…5 enfants. Autant dire que l’ambiance était à son comble.

 

‘y’en a pour longtemps ?’ fut la première question du jour.

‘Parce que je dois l’emmener à son cours de karaté dans trente minutes, donc si ça dure plus que ça, ça sert à rien’

‘ heu je heu je sais pas trop, vais faire court, promis’, suivi de mon sourire qui décontenancerait la reine d’Angleterre, mais qui n’a pas déridé un seul instant cette mère de famille visiblement peu motivée à l’idée d’assister à l’explication de la raison pour laquelle elle se tape les mêmes dessin animés à base de ninjas en boucle depuis deux ans.

 

J’ai commencé mon exposé, l’audience était captivée, elle buvait mes paroles (et baillait beaucoup, mais les élèves de CM2 avaient eu une rude journée, et j’imagine que tous les autres s’ennuyaient, tout simplement, il faut croire que Tezuka n’est pas un nom qui excite leur imagination), la presse locale, qui avait fini par arriver, me bombardait de questions particulièrement pertinentes :

‘Alors les mangas, c’est quoi ?

‘Alors les mangas, c’est pour qui ?

‘Alors les mangas, ça a explosé ces derniers temps non ?

‘Il parait qu’il y a un manga sur le vin, c’est vrai ça ?

‘bon, on a nos réponses, on prend quelques photos et on y va’

 

Pour les photos, c’était tout un poème. Plutôt que d’en prendre pendant mon exposé brillant, pendant lequel j’étais à l’aise et illustrait mon propos à l’aide de visuels parfaitement choisis (j’aurais dû écrire l’article à leur place tant que j’y étais, d’ailleurs, j’ai un peu peur du résultat), ils ont voulu que je pose. Et que les enfants fassent semblant de s’intéresser à ce que je montre. Et que je fasse semblant de montrer un manga dans le feu de l’action, façon Cercle des poètes disparus.

 

Autant dire que c’était plutôt raté.

 

Mon heure de gloire n’aura même pas duré 15 minutes, le cours de karaté débutera à l’heure et moi je suis incapable de me souvenir si j’ai tourné à gauche en arrivant. Mais je suis content de m’être déplacé, il faut soutenir ce genre de démarche. Après tout, comme le dit mon ami libraire à Rouen, nous sommes des agents culturels. Même moi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

La plus belle des Parisiennes 27/01/2009 19:31

Oh ui, Le Tombeau Des Lucioles, Princesse Mononoké et Le Chateau Dans Le Ciel et Le Voyage De Chihiro !

Et sinon : les mecs ne se privent pas, je vois pas pourquoi les filles si ? ...

jay 26/01/2009 14:32

Au début je me demandais pk des parents viennent si c'est pour râler et puis j'ai compris que c'était leur mômes qui les avaient embarqué, suis bêta parfois lol

j'aurais pu répondre aux quatres questions lol

en 2007 (si je me souviens bien), 1 BD vendue sur 3 était un manga.

Effectivement, on devrait normalement dire une manga mais c'est phonétiquement tellement peu agréable pour nous francophone qu'on préfère dire un manga...

Le tombeau des luciole, c'est le plus beau animé que j'ai vu.

Vive les manga

Matilou 21/01/2009 21:54

M'demande juste quel goût ça peut bien avoir une quiche intersidérale...

Z'ella 21/01/2009 20:07

Pq donc devrait on se priver ?

Les fesses des hommes... Bien sûr !

Gulby 21/01/2009 16:22

"car les filles ne regardent pas les fesses des hommes"

MOUHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !!!

C'tout c'que j'ai à dire. (Enfin, presque : il sort dans le journal local aussi, l'article en question ?... Non pas que j'veuille pousser le fangirlisme au point d'me taper un A/R chez moi - Librairie du Libraire juste pour un bout de papier, mais à l'occasion... gnéhé)