Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 01:14

Avant d’être libraire, je ne l’étais pas.

Ce qui ne veut pas dire que je n’étais rien (loin s’en faut, avant je brillais des mille feux de ma jeunesse éclatante, la vie m’appartenait, je pouvais choisir d’aller dans la direction de mon choix, et celui-ci s’est porté sur des cartons et des boulets).

 

Ce que j’étais, entre autres, c’est client de librairies. Je ne reviendrais évidemment en arrière pour rien au monde (je m’aime bien tel que je suis tel que vous me voyez là), mais ça me manque un peu, mine de rien.

 

La première chose qui me manque, c’est l’odeur. Pas celle du libraire (de ce côté ça va, je le vis très bien), mais plutôt celle qui nous envahit dès qu’on franchit la porte. Maintenant je suis tellement habitué que je ne la remarque même plus. Le seul moment où je remarque une odeur, c’est quand le restaurant d’à côté décide de toute évidence de faire cuire tous ses choux en même temps tout en poussant l’aération à fond (c’est étrange d’ailleurs, je me vois pas commander du choux dans un restaurant. Déjà que demander des pâtes dans un restaurant Italien ça me fait bizarre (faut dire que je prépare super bien les pâtes, je peux pas prendre le risque que le cuistot soit moins doué que moi), alors du choux…).

 

Où j’en étais moi ? Ah oui, l’odeur caractéristique des livres neufs et moins neufs. Rien de tel pour me mettre de bonne humeur et dans une ambiance ‘j’achète tout ce qui ne bouge pas et qui sent bon’.

 

Ce qui me manque aussi c’est la découverte. Voir les nouveautés, les sonder, décider de celles qui auront l’immense honneur de venir orner ma bibliothèque (je suis très difficile, on y entre pas comme ça de manière permanente, la sélection est drastique, Polytechnique à côté c’est le brevet des collèges (oui, je sais que ça veut rien dire, mais j’aime bien quand même)). J’aime évidemment beaucoup découvrir en avant première toutes les sorties, et avoir la chance de pouvoir tout lire et ne passer à côté d’aucune agréable surprise, mais le mystère n’est plus. Je ne saute plus dans tous les sens en découvrant un nouveau Marc Antoine Mathieu ou le dernier Chris Ware. Enfin si, je danse quand même un peu, après tout c’est ma boutique, je peux laisser éclater ma joie, mais c’est une joie planifiée, connue deux mois à l’avance, comme les couples faisant l’amour une fois par mois, le samedi (ce qui n’empêche pas que ça puisse être un minimum agréable). Spontanéité envolée.

 

Et puis évidemment, repartir avec une dizaine de livres, les mettre en pile à côté de ma table de chevet, et les découvrir tranquillement. A présent, je fais toujours des piles, sauf que je ne suis pas déçu quand j’arrive au bout. Bien au contraire, suis soulagé que ce soit terminé. Comme un couple qui fait l’amour une fois par mois…

 

Bon c’est pas tout ça, mais j’ai le SuperBowl à regarder moi. C’est mon côté Budweiser.


ps: j'espère que vous avez tous pris note du palmarès Angoulême de cette année...

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

Matilou 02/02/2009 21:09

y'a pire. Regarde les financiers: l'odeur de l'argent n'a jamais effleuré leurs narines...

sbakra 02/02/2009 12:53

Peut être ta vision du couple justement!

Va savoir Charles!!

s_kara_b 02/02/2009 12:33

J'ai l'impression, malgrè cette attitude nihiliste, de sentir comme un petit regret de na pas être en couple...

... Peut être d'autant plus que la programmation du SB a échoué.

Mais, autant pour moi si je me trompe.
;-)

Le libraire en question 02/02/2009 12:40


ah? qu'est ce qui te fait dire que je ne suis pas en couple?
ou est ce que c'est une maniere peu subtile de justement sonder le terrain afin de me sauter dessus?


Virginie 02/02/2009 10:39

Mon plaisir est également de faire des piles avec les livres que j'achète... et j'adore faire grandir cette pile, la regarder en me disant "mais c'est fou, arrête d'en acheter" mais je ne peux pas... En fait, pour certains, ça va être les habits, moi, ce sont les livres qui me remontent le moral ! J'ai l'impression d'être super entourée avec tous ces livres qui n'attendent que moi...
Sinon, il m'est déjà arrivé de ne pas acheter un livre, à cause de son odeur... (bon, c'est exceptionnel...). En récurant, je n'achète pas ceux où c'est écrit trop gros et ceux qui sont trop petits... Ba oui, y'a de la discrimination à l'achat ;-)

Maria 02/02/2009 10:27

Parfois, lorsque je suis dans une librairie, je peux pas m'empecher de sentir les pages d'un livre.Je sais pas, ça a un effet relaxant je trouve.

Pinocchio de Winschluss, meilleur album !!
Blutch grand prix !
C'est bien merité !