Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 00:43

Ça fait à présent quelques années que j’exerce ce métier, et s’il est bien une chose que les années m’ont apprise, c’est que le temps passe. Oui je sais, c’est profond.

 

J’ai donc vu mes boulets grandir (vous noterez que je n’utilise presque plus le terme de ‘boulet’ dans mes notes. C’est en partie dû au fait que ça m’est passé, mais surtout suite aux nombreuses plaintes reçues de la part des parents qui n’assument pas et refusent d’ouvrir les yeux. Il n’est pire aveugle que celui qui refuse de voir son boulet, comme dit le proverbe). Et c’est pas toujours joli joli, le temps qui passe et qui emmène avec lui le doux duvet préadolescent pour le transformer en gros duvet pubère qui tâche (si j’ose dire). Car c’est quand même ce changement là qui est le plus évident. Vous les récupérez à dix ans, ils viennent acheter leur Naruto tout sagement tout timidement avec leur gros cartable (‘bonjour monsieur, vous auriez le nouveau Naruto s’il vous plait ?’), et soudain sans prévenir ils ont quatorze ans, la voix a changé, et visiblement ils ont pris confiance en eux (‘salut ça va, tu me files le dernier Naruto steup ?’).

 

Les bandes se font et se défont au gré des aléas scolaires, mais ils continuent de se déplacer par paquets de quatre ou cinq, la seule différence étant qu’avant ils ricanaient en voyant Sangoku se prendre un coup de savate et que maintenant ils ricanent en voyant les petites culottes (voire l’absence de) dans Step Up love story. Ce qui est toujours mieux que de faire la gueule en traînant des pieds jusqu’au comptoir pour revendre leurs mangas en vu d’acheter de la drogue (ou pire encore, un djembé (me demande si je l’ai pas déjà faites celle là. Moi aussi je me fais vieux. Soit je radote, soit je suis fou, mais en tout cas c’est pas bon signe)).

 

Là où c’est le plus douloureux, c’est quand je les vois, ému, partir voguer de leurs propres ailes sur l’océan tumultueux de la vie alors qu’eux-mêmes, imbibés qu’ils sont d’alcool ayant servi à fêter l’obtention du bac, ils ne se rendent pas compte des adieux déchirants que tout ça implique. Oh certes, au début, c’est un peu comme avec la maîtresse de primaire, on passe la voir de temps en temps car on est pas encore tout à fait ingrat ni pris dans la folle vie post-lycéenne (enfin post-primaire pour la maîtresse, ou alors on parle pas de la même). Mais très vite je (oui, je fais aussi maîtresse à mes heures perdues) suis mis de côté, abandonné, et je ne peux que demander aux camarades restés fidèles s’il/elle va bien (sous entendu ‘est ce qu’il/elle pense encore à moi, ou est ce qu’un autre libraire m’a déjà remplacé dans son cœur ingrat ? Dis lui de m’écrire. Dis lui que j’ai encore ses affaires à la maison’).

 

Mais bon, encore là j’y suis préparé, et tout se passe à la fin de l’année scolaire, j’ai moi-même sorti mon bermuda, mes lunettes de soleil et je suis prêt à tout oublier allongé tranquillement dans ma piscine trois boudins, une menthe à l’eau dans une main et un livre dans l’autre. C’est un peu plus délicat quand je me rends compte, affolé qu’un de mes bons clients (ou moins bons, l’argent n’a rien à voir dans l’équation. Enfin pas que.) n’est pas venu depuis un certain temps. Et que plus le temps passe, plus le temps se confirme. Il est parti. Sans un au revoir. Sans laisser d’adresse. Rien. Seulement moi, derrière mon comptoir, déçu que chaque client qui rentre ne soit pas lui.

 

Bon allez, il est où mon bob perrier?

 

 

Lecture du moment : Tendre est la nuit (Francis Scott Fitzgerald)

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

Biaise 18/03/2009 21:08

Cette note est jolie... en la lisant j'ai une pensée pour aux libraires de ma vie lycéenne. Je les vois moins souvent et ça me manque...
Bon, j'ai compris le message, je leur donnerai des nouvelles plus souvent ! Et leur passerai le lien vers ce blog d'ailleurs, s'ils ne le connaissent pas déjà.

Le libraire en question 18/03/2009 21:33


ah! excellente initiative

prenez exemple, dites a vos/votre libraire(s) que vous l'aimez. en plus, c'est bientot le printemps, c'est de saison


Matilou 18/03/2009 20:48

Quand soi-même on ne laisse pas d'adresse, faut pas s'étonner que les autres fassent de même...
nous sommes tous des libraires masqués.

Raoul Ketchup 18/03/2009 19:13

Allez ne soit pas aigri bientôt tu verras comme moi revenir leurs enfants pour t'acheter des mangas et devenir eux aussi des nouveaux puis des bons clients :-) ...

Le libraire en question 18/03/2009 19:29


oh j'espere que d'ici là je serai loin, tres loin, sur une ile deserte avec plein d'argent


sea040102 18/03/2009 11:52

"moi aussi, je fais la maîtresse à mes heures perdues"...
... de primaire ou on parle pas de la même ??

Madame Kévin 18/03/2009 11:33

Tendre est la nuit : une pure merveille. J'avais un peu oublié cet auteur. Je crois que je vais le rajouter sur la liste de mes auteurs préférés.

Le libraire en question 18/03/2009 12:04


vouip.
suis subjugué a chaque page, a vrai dire