Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 00:32

‘Bien alors vous me préparez tout ça pour la prochaine fois, mais que des bonnes Bds, avec des beaux dessins, nous sommes bien d’accord, je vous fais confiance’.

Voilà ce que me dit, tous les deux mois environs, cette dame d’une quarantaine d’années, qui pencherait naturellement vers une certaine forme d’aristocratie racée si le destin (et le pedigree) n’en avait pas décidé autrement. Elle n’a pas tout à fait les moyens de franchement me prendre de haut, mais c’est pas l’envie qui lui manque, même si je sens au fil des mois qui cimentent peu à peu notre relation que mon rôle passe de celui de valet à celui de majordome et que son budget s’allonge subrepticement, proportionnellement au plaisir apporté par ses lectures en cours.

 

Elle n’achète jamais rien sur le moment. Elle va plutôt me demander conseil, et je vais lui montrer quelques livres, consciencieusement triés en fonction de ses goûts de femme du monde (elle n’aime que Gibrat, Cosey et Taniguchi, et une tolérance pour tout auteur publié chez Aire Libre). Elle me demande de lui en mettre pour 150€ (ça ma ptite dame, c’est de la bonne Bd élevée au grain), repart les mains dans les poches (c’est une image, elle est bien entendu beaucoup trop élégante pour ça) et me rappelle qu’elle passera dans quelques semaines, elle ne sait pas quand, disons le mois prochain, allez.

 

‘Bien madame, je vais déposer vos bagages dans votre chambre et faire préparer le thé ainsi que traire la vache pour le nuage de lait’

 

Je me prête volontiers à ce jeu, car après tout je me sens plus comme un traiteur qui va choisir les toutes meilleures queues de renards farcies aux andouilles sur lit de choux râpés pour le plus grand bonheur de tous les invités que comme un voiturier qui ne saurait pas faire un créneau avec une Jaguar. En plus, il y a une petite part de mystère, car je ne sais jamais quand elle débarquera pour récupérer ses biens. Bon ok c’est une part de mystère pénible, car je suis un peu un chien fou moi, quand je vois un lampadaire, je fais pipi dessus sans me poser de questions, et je passe donc la commande le jour même, en espérant qu’elle n’attendra pas trop longtemps, car l’odeur d’urine dans la réserve, au bout d’un moment, c’est moyen (oui, on est loin de toute forme d’aristocratie, je le reconnais, j’ai dérivé, désolé).

 

Et la voilà qui débarque, telle une nymphe sans charme flottant sur des nénuphars fatigués, pile au moment où j’allais fermer, au moment de ma libération de cette matinée qui n’en finissait pas de s’allonger, alors même que je me réjouissais d’aller enfin me poser quelque part, n’importe où, dans une brasserie qui ne sert que des escargots froids s’il le fallait (bon ok, peut être pas, d’autant plus que je ne supporte pas les ambiances de brasseries, et encore moins les ambiances d’escargots froids au beurre maître d’hôtel), mais où je pourrais enfin me replonger dans mon roman. La délivrance attendra, j’ai un lampadaire à sauver.

 

‘Je vous apporte votre commande de suite’

‘Justement je venais vous voir pour l’annuler, j’espère qu’il n’est pas trop tard ?’

La réponse est évidemment oui qu’il est trop tard, c’était il y a six semaines, les bagages sont déposés depuis longtemps dans la suite et les chaussettes de l’archiduchesse ne sont plus très fraîches.

‘C’est un peu gênant, mais mon mari m’a fait cadeau d’une voiture, et pour ça il a vidé le compte commun. Je ne vais plus pouvoir vous voir pendant un petit moment, j’en suis navrée’

L’élégance aristocratique a fait long feu. Me demande s’ils ont pensé à adapter le livre de Madame de Rothschild en Bd.


Me demande si je lis pas un peu trop de F.Scott Fitzgerald en ce moment.


Le Journal de Jules Renard (Bibliothèque de La pléiade (oui, parfaitement))

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

La plus belle des Parisiennes 23/03/2009 16:37

Merci ... =)

La plus belle des Parisiennes 21/03/2009 15:11

Quand on me dit fitzgerald, je pense : Ella Fitzgerald.
Toute une culture littéraire à refaire.

Le libraire en question 21/03/2009 17:05


c'es tmieux que rien, on va dire


Matilou 21/03/2009 00:00

Te reste plus qu'à faire pipi sur ladyte voiture...

Madame Kévin 19/03/2009 10:58

oui, la dame a un petit côté décadent un peu Fitzgeraldien. Quant à mettre en balance des livres et une voiture... Là on s'éloigne de Fitzgerald.

Benjh 19/03/2009 03:17

si si.