Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

22 avril 2009 3 22 /04 /avril /2009 01:26

Je vais finir par lasser tout le monde avec mes images animalières, mais lui il a vraiment une tête de rongeur. Des sourcils très fins, limite invisibles (je suis absolument fasciné par les sourcils et leur fonction, notamment les miens qui sont parfaits et ordonnés, il ne me viendrait pas à l’idée d’y toucher), des petits yeux expressifs et la lèvre inférieure légèrement en retrait, laissant passer ses incisives (par contre je suis super pas fasciné par les incisives, mon cerveau a une logique bien à lui). Et en plus il a une voix de canard. S’il avait des pattes de loutre on pourrait en déduire que c’est un ornithorynque, mais c’est pas le cas. D’autant plus que ça se mérite d’être comparé à un ornithorynque ; porter un cartable trop grand, avoir les cheveux gras et les languettes de ses baskets par-dessus son pantalon c’est disqualifiant. Pour un rongeur par contre ça va, donc je reste sur mon idée première, c’était bien la peine de digresser.

 

Il me demande d’une voix toute timide si bonjour monsieur, je pourrais voir le dernier One Piece s’il vous plait ? Il articule peu et mal, mais j’ai pour ainsi dire l’habitude de la question, que je déchiffre du premier coup avec la perspicacité du maître en la matière que je suis. Comme je suis de bonne humeur, j’accepte avec le sourire et sans faire de remarque désagréable ou sarcastique. Bon pour bien lui montrer que je suis le chef, j’ai d’abord fini de rentrer la pile de nouveautés qui était juste sous mon nez, mais c’était uniquement pour qu’il en profite encore mieux, qu’il sache que son bonheur tient à pas grand-chose, que je peux briser son plaisir avec trois fois rien (je vous prierais de ne pas faire d’analogie douteuse, merci).

 

Il prend son manga rapidement entre ses petites pattes, comme s’il s’attendait à ce que je le lui reprenne immédiatement (haha c’était une blague, jamais tu le liras gratuitement ton One Piece, jamais !). Il a regardé à gauche, à droite, a remué son nez, a émis un petit son (un merci, j’imagine, mais avec ces voix haut perché on peut jamais vraiment savoir) et a filé dans un coin de la boutique. Je pense qu’il prend le manga pour une noisette et qu’il est parti le cacher quelque part, pour l’hiver. Il le renifle une fois de plus pour être sûr qu’il s’est pas trompé et commence la lecture.

 

Tout ça me rappelle que moi aussi j’ai tendance à sentir tous mes aliments, sans exception. J’ai évidemment, comme tout être humain normalement constitué, le réflexe de sentir la bouteille de lait (ouverte, évidemment, je suis pas le plus brillant de tous, mais je suis pas stupide). Car il n’y a rien sur terre de pire que l’odeur de lait tourné, et mieux vaut la sentir avant de verser le liquide où que ce soit (rien que d’y penser, j’en frissonne). Alors oui bon ok, j’ai un rapport un peu étrange à la nourriture. Disons pour résumer que comme je déteste me sentir mal (c’est pour ça que je ne bois pas d’alcool), je ne vais rien faire pour encourager cet état (c’est pour ça que je ne me shoote pas à la kétamine). Et par conséquent j’ai toujours un œil sur les dates de péremption ou sur l’aspect global d’un aliment. J’élimine tout ce qui me parait suspect ou un peu trop verdâtre. Je mise d’ailleurs beaucoup sur mon odorat, qui est pourtant aussi développé que mon palais (je saurais à peine reconnaître un vin rouge d’un vin blanc ou faire la différence entre du champagne et du cidre), c’est dire si je suis mal barré dans ce monde. D’ailleurs j’ai deux yaourts au bifidus actif (oui, j’accorde beaucoup d’importance au marketing et au packaging des yaourts) qui expirent à minuit pile. Je ferai mieux de les manger tout de suite.

 

Si vous avez pas de nouvelles d’ici demain, appelez le Samu.

Ah tiens mes lectures de l'autre jour ont été effacées.

Donc je disais que j'ai lu Thomas L'obscur (Blanchot), auquel j'ai rien pigé, puis enchaîné sur L'inconnu du Nord Express (Highsmith) et là ca va, j'ai tout compris, et là je lis Une prière pour Owen (Irving) et c'est tip top chouette.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

Nicco 14/05/2009 21:22

Une prière pour Owen, quel livre magnifique... Du même auteur, je te conseille Le Monde selon Garp, si pas encore lu. Et oui, j'aime bien commenter les vieux posts ;-)

D.R. 23/04/2009 23:56

Si on parle d'Irving, il ne faut surtout pas oublier, " l'Oeuvre de Dieu, la part du diable" et ne pas se fier à son adaptation au cinéma! ! A part ça , cher libraire, c'est toujours un plaisir de vous lire.

Le libraire en question 24/04/2009 00:00


c'est celui ci que j'ai ajouté a ma liste, en fait


Gilmoutsky 23/04/2009 20:22

Je vois que d'autres ont réagi à la mention de John Irving. Si je peux me permettre, lisez avant tout L'Hôtel New Hampshire et Un Enfant de la balle avant Le monde selon Garp.

Le libraire en question 23/04/2009 20:29


noté!


cattilinna 23/04/2009 08:35

"Confiance aveugle en les pâtes" : ERREUR !! Qui a un jour vu dans son assiette des pâtes moisies et toutes noires (elles avaient pris l'humidité, ndlr) sait que les pâtes ne sont pas finalement pas au dessus de tout soupçon.

Hesperide 22/04/2009 22:29

Je ne sens jamais le lait mais c'est parce qu'il part à vitesse grand V chez moi (j'ai de bons os du coup j'espère).
Par contre, quand je prends un chewing gum ou une tisane en sachet je suis OBLIGEE de renifler l'emballage. Ok ça sent bon mais on n'est pas loin du toc là.