Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 01:04

Aujourd’hui, samedi, je me suis fait beau. Enfin encore plus beau, je veux dire.

Je me suis lavé entre les orteils, derrière les oreilles, me suis coupé les ongles, je suis beau comme un sou neuf, comme un euro bien brillant, pas comme une pièce de 1 centime.

 

Car aujourd’hui est un grand jour. Aujourd’hui prennent fin de longues semaines d’attente pendant lesquelles je trépignais sans trouver le sommeil (faut que je trouve un moyen de trépigner sans bouger). Pourtant, je suis vieux, un blasé de la vie, j’ai tout vu tout vécu, plus grand-chose ne m’excite, pas même des défilés en bikini devant la boutique. Ou alors elles devraient être en bikini et sur le dos d’un chameau déguisé en pingouin. Là je me dirais que oui, en effet, je suis surpris, j’avais encore jamais vu ça, je me croyais blasé, mais non, j’ai retrouvé goût à la vie, merci les chameaux ! Merci les pingouins ! Tenons nous la main ! Et toi avec ton bikini, tu te sens pas ridicule comme ça, en plein mois de Mai ? N’importe quoi les gonzesses pour se faire remarquer, elles feraient mieux de prendre exemple sur les chameaux.

 

Alors oui donc en fait la librairie d’en face accueille en ce samedi un auteur que je voulais absolument rencontrer tellement je trouve le livre que j’ai lu de lui super chouette. Je vous cache pas que généralement ça me laisse froid. Etant moi-même écrivain de blog, je sais à quel point nous autres les artistes talentueux ne sommes que des Hommes comme les autres. Ils sont très peu nombreux ceux que j’aimerais rencontrer, mais lui en tout cas est sur la liste, juste en dessous de Maggie Gyllenhaal (qui n’est pas écrivain, je sais, mais je m’en fiche tant qu’elle s’habille en secrétaire). Pour des raisons évidentes, je ne peux donner le nom de cet auteur, ce qui est dommage d’ailleurs, je lui aurais bien fait de la pub, on a toujours besoin d’un coup de pouce d’un collègue (et non, ce n’est pas Jaenada, lui a y’est c’est bon c’est fait on est copains, je suis sûr qu’il m’enverrait ses vœux tous les ans s’il avait mon adresse et s’il se souvenait de moi).

 

J’avais préparé mon exemplaire à faire dédicacer. Pareil, je ne le fais jamais, j’en vois rarement l’intérêt. Ce qui est un comble pour un lecteur de Bds, mais honnêtement, je m’en fiche royalement d’avoir un dessin rien que pour moi. Quand je le fais, c’est vraiment dans l’optique ‘allez je soutiens l’auteur, je lui achète son album et je lui demande de me faire une loutre qui joue de la basse’ (véridique). D’ailleurs je ne sais pas trop comment ça se passe du coup les dédicaces littéraires. Ils écrivent un texte rien que pour nous ? Ils nous lisent un passage du livre et on applaudit, les larmes aux yeux ? Ils demandent ‘c’est pour qui ?’, signent, rajoutent ‘veuillez agréer mes salutations les plus sincères’ et crient ‘au suivant’ ? ça fait beaucoup de pression sur mes frêles épaules, j’espère que je serai à la hauteur.

 

D’ailleurs à y’est, c’est l’heure, j’ai enfin réussi à mettre mon dernier client à la porte tout en gardant un œil sur l’autre librairie pour vérifier qu’il est toujours en place et que tout le monde a déjà eu sa signature, allez, je me lance, j’espère que ma chemise est toujours bien repassée et que je sens bon l’herbe folle des prés du bout de l’arc en ciel.

 

J’arrive devant la table, le livre pressé contre ma poitrine, je m’assieds en face de lui (tant qu’à faire) et je lui dis ‘bonjour monsieur ‘nom du monsieur’’, je suis très content de vous rencontrer, vous êtes rudement chouette, on dirait que vous aussi vous revenez d’un pré fleuri’. Bon, j’ai pas exactement dit ça, même si je modifie pas grand-chose, mais c’est l’idée. On a discuté, il avait l’air sincèrement content de me voir tout enthousiaste (mais je sais rester digne dans mon enthousiasme hein, je suis une groupie certes, mais une groupie qui sait se tenir et s’intégrer), je lui ai demandé s’il pouvait me faire un dessin, tant qu’à faire, il m’a regardé d’un air amusé et s’est prêté au jeu. C’est d’ailleurs plus réussi qu’un certain nombre de Bds qui sortent ces derniers temps. Finalement ça se passe plutôt naturellement, tout va bien, je sens qu’il est sur le point de me demander mon adresse pour m’envoyer ses vœux dès que possible (a priori pas avant Janvier), quand une dame incroyablement malpolie se mêle à la conversation.

‘J’espère que vous serez aussi enthousiaste pour mon livre, je viens le dédicacer à la rentrée’

‘Ah heu je l’espère aussi’, dis-je poliment, sous entendu ‘ouais ouais c’est bon, tu me laisses avec monsieur maintenant, je partage pas, et puis je suis pas comme ça moi, je m’enthousiasme pas d’un rien, j’ai un blog, je suis écrivain, il en faut beaucoup pour mériter mon attention’

‘Cela dit c’est de la poésie, vous ne devez pas en lire, de la poésie, je suis sûre’

Alors voilà, je vends des Bds donc forcément je ne lis pas de poésie. Déjà que personne n’en lit, de la poésie, alors un vendeur d’images avec des fautes toutes les deux cases et des bulles qui riment même pas…Je garde tout de même mon calme, je n’aboie pas sur les inconnus sans raison, après tout elle dit sûrement ça car elle est sur la défensive, elle sent qu’elle n’est pas au même niveau que les deux auteurs qui se dressent assis devant elle.

‘Ah heu non j’en lis pas mal en fait de la poésie, je n’ai rien contre’

Ce qui est vrai, par ailleurs. J’ai toujours quelques recueils au pied de mon lit, juste à côté des Picsou Magazine récupérés dans une brocante récemment.

‘Oui mais il y a eu autre chose depuis Hugo vous savez’ répond-elle en gloussant, pleine de suffisance, comme si je n’avais lu que ce qu’on me forçait à ingurgiter au lycée.

 

Elle peut toujours se brosser pour que je me nettoie les doigts de pieds quand elle viendra dédicacer.

 

Demain les chiens (Simak)

Petit Dejeuner chez Tiffany (Capote)

L’homme dans le Labyrinthe (Silverberg)

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

28/05/2009 18:04

et finalement... il t'enverra des crottes en chocolat à noël ?!!!

Le libraire en question 28/05/2009 20:54


j'espere bien. je fais pas tant d'efforts pour rien


Caro. 22/05/2009 18:58

Pauvre toi ! Tu as décidément bien peu de commentateurs pour ce message...Perso, je n'ai jamais réussi à passer au stade "groupie" pour un bouqin (BD, roman, poésie, etc.)... Mais à te lire, cela donne presque envie... Toute cette excitation ! ^^

Le libraire en question 22/05/2009 19:01


oui, j'aime bien m'enflammer de temps en temps (3 ou 4 fois dans l'année)

woohoooooo


liliba 22/05/2009 09:16

Je suis admirative du calme gardé face à cette crétine, je lui serais rentré dans le lard illico !

Matilou 19/05/2009 14:25

"Trop propre pour être honnête" a dû se dire la "vieille snobasse"...(c'est bien, ce nouveau rythme: je me repose un jour sur deux...(oui, je sais, rien ne m'oblige bla,bla,bla...))

Le libraire en question 19/05/2009 19:59


ou alors tu peux mettre 2 jours a bien lire la note. d'ailleurs je pense que je vais espacer encore plus, pour bien laisser le temps aux gens de laisser des commentaires. car là, 3 pour cet
article, c'est pas assez, suis un peu vexé


ororuK 18/05/2009 16:46

Ca parait tellement surréaliste... vraiment, il existe des gens étranges.Tu as rencontré un troll IRL, en fait. Je pense que je serais resté sans voix à ta place. Mais malgré l'adage "don't feed the troll", lui dire que "ce qui se fait de mieux en poésie depuis Hugo c'est le rap de Booba, alors bon, hein..." aurait été marrant.

Le libraire en question 18/05/2009 18:15


c'etait pas un troll, c'etait juste une vieille snobasse
et encore heureux que depuis Hugo y'a eu mieux que Booba