Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 00:51

‘Bonjour !

‘mmjour’ réponds-je, comme toujours super bien réveillé en ce mercredi matin (on a pas idée de bosser le matin, et encore moins le mercredi). Cette capacité qu’ont les jeunes gens de ce pays à s’enthousiasmer de bon matin m’émerveillera toujours. C’est rassurant, cela dit, il vaut mieux ça que le contraire aigri qu’ils ont face à eux, mais bon, j’ai des circonstances atténuantes, je n’ai pas connu que le système scolaire avec obligation d’être debout et alerte à 7h, je sais qu’en vrai il vaut mieux se coucher au lever du soleil, se lever quand il est bien haut et ainsi arborer sans cesse un teint quelque peu livide, certes, mais gavé de souvenirs et d’un calme et sérénité qu’on atteint pas en se couchant avec les poules. Bref, comme dit le poète, monsieur JJ : Un matin, ça ne sert à rien.

 

Elles sont deux, pimpantes et étriquées dans leurs robes d’été (je me demande si les filles modernes se demandent mutuellement par sms ce qu’elles vont porter le lendemain, pour être bien sûres de ne pas dépareiller côtes à côtes pendant le cours de philo de quatre heures), les cheveux lâchés au vent, leur bonne humeur aucunement altérée par ces mêmes cheveux qui ont complètement frisé sous la pluie. Moi j’aime bien, ça donne un petit côté permanente des années 80s, on en fait plus des comme ça, sorties tout droit d’un clip de Cindy Lauper.

 

‘Alors voilà, on voudrait faire un cadeau à un prof qu’on adore, et on a pensé à lui offrir une Bd’

Je mise beaucoup, dans le cadre de mon activité professionnelle, sur ce genre de fulgurance. Il suffit que quelqu’un, quelque part (un ange venu de l’Olympe) convainque ses collègues que pour le départ de Pierrot il vaut mieux utiliser les 200€ récoltés pour lui offrir de chouettes Bds plutôt que de l’alcool et un stylo pour que ma journée bascule d’un coup d’un seul.

Je leur demande si elles ont quelque chose de vaguement précis en tête, et elles me répondent que comme il est prof d’Italien, une Bd sur l’Italie serait un super clin d’œil trop chouette (en vrai je crois qu’elles ont dit qu’il ‘kifferait’, mais je me suis toujours senti ridicule en écrivant ce verbe (ou le nom, d’ailleurs, pas de discrimination), du coup je paraphrase). Ma foi, ça se tient.

 

Mais là, elles n’ont pas le temps, ça va sonner, elles ne peuvent pas prendre le risque d’arriver en retard et de ne pas trouver une table vers le milieu de la classe (tout devant, c’est la honte, c’est pour les fayots, et tout derrière on entend rien, car quand même c’est important d’écouter en cours, surtout que c’est bientôt le bac, c’est chaud). Elles m’expliquent qu’elles repasseront le lendemain pour faire le choix parmi la merveilleuse sélection que je leur aurai concoctée grâce à mes doigts de fée, à mon intellect supérieur et ma sensibilité qui n’a d’égal que la blancheur éclatante de mes dents (là aussi, je paraphrase un peu).

 

Et moi, quand on me confie une mission, surtout quand il s’agit de remercier l’éducation nationale, je la prends sérieusement (that’s what he said). Car moi aussi, j’aurais aimé offrir des Bds à certains d’entre eux. Ça les aurait peut-être décoincés (après tout, y’avait pas de raisons à ce que je sois le seul à lire Rhââ Lovely en cours).

 

Je me suis donc creusé, j’ai fait l’actor’s studio, si moi j’étais prof d’Italien, qu’est ce que j’aurais envie qu’on m’offre, quelles sont mes aspirations, qu’est ce qui me motive chaque matin à enseigner à une bande d’ingrates en robes mal repassées, si j’étais un homme, serais-je vraiment capitaine d’un bateau, ou ne vaudrait-il pas mieux être directement général, aspirer à un peu de grandeur, que diable, je ne vais pas rester petit fonctionnaire toute ma vie alors qu’il y a de grands fonctionnaires qui peuvent partir à la retraite beaucoup plus tôt (perso j’ai vraiment hâte que le métier de libraire soit nationalisé). Bref, y’a quoi comme bonnes Bds sur l’Italie ? Je me suis renseigné auprès de mes quelques amis libraires compétents (on forme une petite communauté soudée, une vraie mafia, si quelqu’un avait eu l’idée de faire une Bd sur nous, j’aurais pu la leur vendre à ces deux demoiselles, elles auraient fait un tabac), j’ai noté leurs idées, j’ai dit que mais oui, vous avez raison, y’a ça aussi, bougre d’idiot que je suis, bon sang j’aimerais être à leur place à ces filles, qu’on s’occupe bien de moi comme ça, que moi aussi on me masse les pieds de ma culture et qu’on me fasse découvrir des délices inconnus.

 

Franchement, elles ont beaucoup de chance de m’avoir dans le coin de la cour de récréation, j’espère qu’elles s’en rendent bien compte. Grâce à moi, non seulement ce professeur se souviendra d’elles, la larme à l’œil, quand il posera son autre œil sur ladite Bd, mais en plus son esprit va être ouvert aux joies de la Bd de qualité, celle qui n’a pas besoin de trois couvertures différentes, ni d’un gros sticker ‘édition ultra limitée’ pour se faire remarquer (je n’ai rien contre Djinn, dont les couvertures contribuent grandement à ce que les mâles prolongent leurs visites dans la boutique, mais le coup des couvertures, ils l’ont déjà fait avec Les Chroniques de le lune noire, il faut passer à autre chose maintenant). J’ai ma sélection de six titres posée sur une table, attendant patiemment qu’elles viennent faire plouf plouf et pique nique douille devant ces choix Cornéliens.

 

Sauf qu’elles ne sont jamais revenues. Les garces.

En même temps, c’était peut-être leur conseil de classe hier, il en faut peu pour qu’un prof, aussi d’Italien soit-il, tombe soudain en disgrâce. C’est con, il aurait kiffé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

brigh 16/06/2009 15:35

En fait je trouve Djinn tout moche ce doit être pour ça.

Le libraire en question 16/06/2009 16:28


j'avais cru comprendre


Brigh 16/06/2009 14:26

Les mâles s'arrêtent vraiment devant les boudins en couverture de "Djinn" ???

Le libraire en question 16/06/2009 15:01


c'est que du boudin comme ça, ils en croisent pas tous les jours


Black Girl 16/06/2009 10:24

Merde alors. Ils m'ont jamais offert de BD mes élèves, à moi. P't'être parce que je suis pas prof d'italien ? C'est sûrement ça.Ceci dit moi Rhââ Lovely, j'ai lu bien avant d'être prof.Alors bon.

Marcelle.P 14/06/2009 18:12

RhââLovely m'a accroché! Fabuleux souvenir! Depuis que je lis plus "Pilote" et pour cause! j'avoue que je connais peu de monde dans ce monde "bédesque". La dernière que j'ai lu, c'était "le chat du Rabbin" de Sfar. C'est promis je vais m'y remettre!Et tes belles? Sont-elles finalement revenues?

Le libraire en question 15/06/2009 00:05


eh non, toujours pas revenues. ce qui fait d'elles des pas belles


Matilou 13/06/2009 22:06

Ton billet me rappelle mon année de terminale A2 et l'oral d'italien en option: au bac la prof m'interroge d'abord sur un texte puis sur un document iconographique; c'était une publicité pour une émission de télé à la RAI. Un nom est mentionné, elle me demande à qui il appartient. Je ne sais pas mais mon esprit logique me pousse à tenter quand même une réponse: c'est peut-être ( mon esprit est doté d'un bon sens prudent) le nom du présentateur de l'émission ?Sourire de la prof: Non, c'est le nom du président de la république italienne...Accepterait-elle ma réponse si je repassais mon bac cette année ?