Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 23:18

Il y a un an, au début de ma riche et fluctuante carrière de blogueur, quelques grincheux qui s’auto projetaient plutôt que de lire ce que j’écrivais me reprochaient avec ardeur de favoriser le développement des librairies en ligne type Amazon et Fnac (sans vouloir faire de la pub, mais bon c’est pas comme si elles en avaient besoin, Amazon est d’ailleurs devenu le plus grand marchand de livres aux US cette année) tellement j’étais un mauvais libraire et tellement je devais à coups sûrs faire fuir mes clients qui préfèreraient largement recevoir des cartons par la poste plutôt que remettre les pieds à moins de cinq mètres de ma tronche de cake (j’aime bien dire tronche de cake, ça me rappelle Happy Days).

 

Je vais donc à présent tenter le plaidoyer pour vous inciter à ne pas acheter en ligne et nous privilégier nous, petits libraires indépendants qui faisons notre métier avec tant de passion, tant d’amour et qui sommes même prêts à jouer les barmen et vous écouter vous plaindre de tout et de rien, du fait que votre pingouin vous a quitté ou que la jeunesse de Blueberry ça fait un moment que c’est devenu nul, mais on va l’acheter quand même, pour continuer la série, par habitude. J’ai déjà écrit une note où j’incitais tout le monde à filer fissa voir son libraire préféré pour lui faire un bisou sur le nez et le remercier d’être de si bons conseils et de sentir aussi bon (ceux que vous n’aimez pas, vous pouvez toujours leur jeter un regard méprisant, ils méritent guère mieux). Mais là c’est différent. J’encourage tous ceux qui me lisent et qui n’ont pas pour habitude de mettre les pieds dans une librairie à rechercher un libraire près de chez eux et de tenter leur chance, on sait jamais, il est peut-être compétent, peut-être même qu’il est encore plus sympa que le curseur sur les sites en ligne et les avis donnés par les amis des écrivains qui sont aussi objectifs que quand moi je dis que ma mère fait les meilleurs brownies de l’univers (alors même qu’elle n’en a jamais fait). Et en plus, si vous avez un peu de chance (1 :1 000 à peu près), vous tomberez sur moi. Et ça, ça n’a pas de prix.

 

Donc voilà, je pense faire comme la WWF, trouver un logo adorable (j’ai évidemment ma petite idée sur la question) radicalement différent de celui, un poil austère, du SLF, brainstormer dans mon coin et me dégoter un slogan (‘touche pas à mon pote libraire, il est trop chouette’) et je vais me lancer dans la communication de masse. Préparez vos agendas, vous allez être trop fiers d’y arborer mes autocollants.

 

Je pensais brillamment à tout ça quand une cliente a débarqué, sûre d’elle et un peu prétentieuse (j’aime pas trop les gens sûrs d’eux et prétentieux, sauf quand c’est une façade pour cacher leur personnalité de miel et de caramel (comme moi)).

 

-Bonjour, je vous ai apporté des mangas que j’ai achetés en double, je voulais savoir si vous pouviez les reprendre

-Vous les avez achetés ici ?

-Oui oui

 

Je vérifie donc sur sa carte…pom pom pom…voyons voir…ah bah oui en effet, certains (pas tous) ont été achetés ici, mais par contre pas en double.

 

-Bon je veux bien être sympa et reprendre ceux qui ont été achetés ici, mais comment vous faites, au juste, pour acheter un titre comme Wild Rock en double (car oui, en plus elle a des goûts de chiotte, je vous laisse chercher ce dont il s’agit si le cœur vous en dit) ?

-Ben en fait parfois j’en achète en ligne sur Amazon, et je prends pas forcément le temps de regarder ce que j’ai déjà. Et pour les autres, c’est parce que je ne lis pas de série tant qu’elles sont pas terminées, du coup je commande sur Internet, et si je viens ici, j’oublie ce que j’ai déjà commandé.

-Et pourquoi vous demandez pas à Amazon de vous les reprendre ?

C’était évidemment une question rhétorique demandée avec le sourire jaune crispé du libraire qui sent qu’on se fout de sa gueule.

 

C’est même pas une question de perdre une vente, c’est plus une question de faut pas non plus déconner et faire n’importe quoi. Sur un livre de temps en temps, y’a pas de problème, ça arrive, je veux bien dépanner, j’ai un cœur gros comme ça et une trésorerie de folie furieuse. Mais ne partez pas du principe que c’est un dû. Essayez de ramener un livre dans une grande surface ou à la Fnac, vous verrez le résultat. Voilà, c’était la fable du libraire et de la tête de linotte.

 

 

Mes détracteurs, qui continuent très probablement de me lire d’ailleurs (on a les lecteurs qu’on mérite, parfois) ont raison en fait : c’est vrai que je favorise ces enseignes, il faut que je me reprenne.

 

Le destin miraculeux d’Edgar Mint (Udall) : plutôt sympa dans le genre, mais je pense justement que j’en ai lu un peu trop dans ce genre là récemment pour pleinement l’apprécier. Et là je démarre Le Seigneur des Porcheries, et pour l’instant je me régale.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

Edith 20/09/2009 11:20

Tu prêches une convaincue : mes livres, je ne les achète jamais en grande surface, ni en ligne, mais toujours chez mes deux libraires habituels dont l'un spécialisé BD (que je vois moins que l'autre, je l'avoue...). Quand il n'y aura plus de librairies indépendantes, l'offre éditoriale se restreindra aussi, et probablement pas pour le meilleur. Cependant, malgré toute l'estime et l'amitié que je porte à mes libraires, je ne me vois pas leur faire un bisou sur le nez. Je dois être trop inhibée...

Le libraire en question 20/09/2009 11:24


l'important c'est d'y penser tres fort


Kyra 19/09/2009 22:14

ca m'amuse car j'ai bien aimé le destin d'edgar, en revanche je n'arrive pas à savoir si j'aime ou pas Le seigneur des porcheries que j'ai commencé il y a qques jours... j'attends votre avis avec curiosité

Le libraire en question 19/09/2009 22:21


j'ai beaucoup beaucoup aimé le seigneur des porcheries. la seconde partie est un peu longuette, mais c'est un excellent moment de lecture. Et puis y'a un style et un ton vraiment a part, ca fait du
bien


SuperPingouin 17/09/2009 11:09

*Réveil du pingouin*Je voulais juste dire que si votre pingouin vous quitte, je compatis sincèrement, mais on ne fait pas le service après vente, nous.Un grand bravo au libraire en question -mais pas de bisous car trop loin.Juste deux questions : est-ce qu'en tant que libraire, on peut s'auto-embrasser tant on se trouve bien ? Sans pour autant être cataloguer parmi les "gens sûr d'eux et prétentieux" ?Portez la librairie aux nues, je vous fait confiance.Super Pingouin*Assoupissement du pingouin*

nekita 17/09/2009 09:20

oui, é bin, question libraireSympaQuiTiensLaRouteEtQuiSaitDeQuoiIlParle, c'est un sujet qui fache là où je niche ! A moins d'aller sur paris (c'est loin et plein de vilains virus ), j'en connais pas un seul. snif. Par contre dans ma cambrousse (mais je n'y niche pas autant que je le voudrais re-snif) j'en connais un super. Question BD c'est pas encore ça, mais il tend à s'améliorer... Donc, faut que j'aille nicher en campagne. CQFDAh, et je n'ai jamais eu le culot de remplacer un bouquin qui ne me plaisait pas (plus)... il me semble que c'est le comble de l'hyposcrisie ! j'ASSUME MES CHOIX ... je les revends en brocante !!! salut libraire ! nek

Le libraire en question 17/09/2009 09:23


les livres je les reprends systematiquement si ca n'a pas plu et que c'etait sur conseil. Si non, c'est au cas par cas

cela etant cela dit, une tres large majorité n'ose pas les ramener ou prefere les offrir ou les revendre ailleurs, en effet. ça m'arrange


Matilou 16/09/2009 21:59

Le Libraire et la LinotteMaître Libraire sur son panda perché, Tenait une boutique de BD.Dame Linotte, par la loutre alléchée, lui tint ce discours mensonger:"Et Bonjour, Monsieur le Libraire.Que vous êtes gentil! Que vous me semblez sot!Sans mentir, si votre verbiage,Se rapporte à votre image, Vous êtes le Pigeon dont j'ai toujours rêvé."Aussitôt le Libraire se met à chercher;Il ironise mais reprend les bédés.Dame Linotte le remercie, et dit:" Mon bon Libraire,Apprenez que tout vendeur vit aux dépens de celui qui l'écoute.Cette leçon vaut bien une reprise, sans doute."Le Libraire, rageur et foutu,Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus."   d'après La Fontaine

Le libraire en question 16/09/2009 23:00


elle est de retour!