Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 00:01

J’ai, dans ma vie, besoin de stabilité, limite d’immobilisme. J’aurais fait un très bon politicien.  J’ai mes habitudes qui me rassurent, mes rituels, mes obsessions, et mes amis savent à quel point il ne faut pas trop déroutiner ma routine.

J’ai l’air chiant hein ?

Je le suis.

 

C’est d’ailleurs un miracle que j’aie des amis aussi proches. Et pourtant ils existent, ils ne sont pas que dans ma tête.

Je sors très peu (ça m’ennuie), je ne vais ni au ciné, ni au restau, je ne pars quasi jamais en vacances (ça m’angoisse) et rien ne me rend plus heureux que de savoir que je n’ai absolument rien de prévu pendant un week-end (j’adore ne rien faire).

J’avais prévenu : je suis chiant au possible.

Une journée excitante, dans ma vie, c’est quand je dois laisser ma voiture au garage le matin et partir au boulot à pied (c’est à 25 minutes). Ça me demande une vraie préparation mentale et une organisation du feu de dieu. En gros, je suis un peu Vincent Perez dans Fanfan, mais sans Sophie Marceau, et sans ce scénario indigent.

 

C’est peut-être pour ça que ce travail me va si bien. Il est d’une répétition absolue. Chaque semaine se ressemble, chaque mois est le même que celui de l’année précédente, avec les mêmes sorties, les mêmes réflexions des clients, les mêmes remarques des libraires, les mêmes commentaires des éditeurs. Là par exemple, comme chaque année à cette période, je galère pour trouver de la place pour toutes les grosses sorties, les clients râlent pour de faux en disant que oh la la mon banquier va faire la tête hi hi, mon apprentie tombe malade (ce sont toujours les apprentis, les premiers à tomber malade. Petites natures) et les auteurs qui ont le malheur de sortir un album à cette période alors qu’ils sont tirés à moins de 20 000 (si j’ose dire) se remettent en question et s’apprêtent à prendre leur retraite, alors même que Bill Watterson sort de la sienne, c’est dire si c’est pas le moment. On s’indigne des best sellers (les gens, ils ont trop des gouts de chiotte, pfff), on spécule sur les prix littéraires, on râle sur les prix littéraires (les jurys, c’est tous des vendus, pfff), et après on attend patiemment de pouvoir observer avec acuité que mazette, c’est l’hiver et il neige, vite, prenons et partageons des photos.

On ne peut pas dire qu’être libraire demande une effervescence intellectuelle de chaque instant. C’est peut-être pour ça d’ailleurs que les salaires sont si bas : la valeur ajoutée produite n’est pas archi probante. Nous sommes bien peu de choses qui ne valons pas grand-chose, dans le grand schéma économique du monde qui nous entoure et nous engloutit (la faute à Amazon ça). Il faut un minimum de culture, un savoir-faire et tout plein d’autres qualités, ça n’empêche pas. Mais ce n’est pas non plus pour rien qu’il n’existe pas de diplôme de libraire à proprement parler (il y a un BP de vendeur en librairie et des IUT avec options métiers du livre, mais n’importe qui peut monter sa librairie, et n’importe qui ne se gêne pas pour le faire).

 

Où est-ce que je veux en venir moi déjà, plutôt que d’insulter l’ensemble d’une profession qui est la plus chouette du monde ?

Ah oui, l’éternel recommencement débilitant de mon quotidien.

Mes journées, semaines, mois et années se ressemblent, et pourtant, je continue d’en apprendre jour après jour, semaine après semaine, année après année. Je viens de fêter mes 8 ans de librairie, et même si je suis le plus fort (oh si, quand même un peu), je sais aussi à quel point j’ai encore tout à apprendre et combien mes modèles sont loin devant moi. Ça doit être ça, mon moteur.

 

Et ça me rassure grandement d’en avoir un, et de ne pas le laisser au garage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

Mimine 10/10/2014 21:10


Oh, c'est tellement gentil d'avoir pris le temps de me répondre en détail ! je vous remercie. Oui, je me doute que ce n'est pas toujours facile d'alimenter un blog avec les anecdotes du quotidien
de libraire... aussi peut-être parce que vous avez quelques années de métier derrière vous maintenant. Les articles plus techniques sont aussi intéressants, et puis, il faut bien des gens pour
"l'ouvrir" de temps en temps (j'en fais partie moi aussi, mais je ne suis pas libraire... je suis quand même dans la littérature, d'où ce qui m'a attirée sur ce blog il y a longtemps). Alors
j'espère que vous trouverez toujours des choses à raconter... quoi que vous viviez... parfois c'est juste un regard porté sur les choses banales et la nouveauté qui font la matière d'un texte.
Bonne soirée et bon courage !

Mimine 10/10/2014 17:10


Bonjour Monsieur le Libraire,


C'est dommage, j'ai l'impression que vous perdez l'inspiration avec les années. Mais peut-être est-ce un schéma inévitable *avec le temps...*. Un changement de loutre, quelques années de plus,
puis on finit par patauger dans sa propre vie... alors que quand vous avez commencé ce blog, on aurait dit que l'aventure était à chaque coin de rue, peut-être même au bout de la mienne... c'est
dommage. Ado, je prenais beaucoup plus de temps pour traîner chez le libraire du coin. Et j'avais plus de rêves aussi... Est-ce que tout dans la vie doit inévitablement tourner à la résignation ?

Le libraire en question 10/10/2014 17:15



Bonjour Mimine,


 


oh, je sais pas trop si c'est une histoire d'inspiration. C'est surtout une question d'avoir fait le tour du sujet pour tout ce qui est des anecdotes liées au quotidien du libraire, ce qui
constituait mon fond de commerce au début.


Là, je me concentre surtout sur les problématiques de fond et l'avenir du métier. Enfin je pense. Mais je suis conscient que ça n'intéresse pas toujours tout le monde ! S'il y a bienune chose que
je ne suis pas, c'est résigné. Je prends toujours autant de plaisir dans mon travail et dans mes rencontres, je m'amuse toujours autant. Mais c'est sûr qu'après 6 années, il est difficile de
toujours raconter quelque chose de neuf dans ces pages.


 


et pourtant, j'essaie !



songe 10/10/2014 16:13


Douter de "la compatibilité" sans me connaître c'est pas un compliment... Je suis presque vexée....

alex 10/10/2014 10:43


ah oui moi aussi

songe 10/10/2014 07:33


Et bien moi, cet article me donne envie de t'épouser :D

Le libraire en question 10/10/2014 10:57



Je ne sais pas à quel point une telle vie de patachon en pantoufles se partage. Je doute de la compatibilité !


mais je vais y réfléchir, merci !