Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 21:11

Cette semaine fut d’un calme Olympien.

Et une Olympe sans nectar. A peine du miel au petit déjeuner, et encore (c’est probablement un dieu grec qui a inventé le miel d’un claquement de doigts divins, je ne vois pas d’autre explication). Donc oui, non, vraiment une semaine toute pourrie.

 

Et une Olympe sans orgies. Ca fait des orgies, d’ailleurs les dieux mi-grecs mi-romains ? Et si oui, y’en avait que pour Apollon, ou est ce qu’Héphaïstos avait droit à un petit quelque chose d’amour de temps en temps ? Je vois pas pourquoi il n’y en aurait que pour nous, les gens beaux et j’ai donc décidé de partager un peu plus, en 2011, même s’il m’en coûte.  Bon là en l’occurrence ils sont un peu tous frères et sœurs ou que sais-je tout en haut sur la montagne, donc pas question d’échanger autre chose que des bouquets d’églantine.

 

Je sais que ça se voit pas comme ça en me regardant de loin et que ça se devine à peine en me voyant de près, mais quand j’étais petit (enfin quand j’étais plus jeune) j’ai fait une année de Grec. Oui, parfaitement, je suis hellenophile. Enfin je l’ai été pendant un an tout du moins. Le temps d’apprendre par cœur l’alphabet (je peux vous le réciter si vous voulez, ça marche toujours avec les gonzesses, un plan séduction infaillible), de verser quelques larmes sur le sort d’Iphigénie (quand même c’est pas très juste tout ça, saletés de dieux cruels), de tenter tant bien que mal de comprendre quelques textes indéchiffrables du haut de mes 13 ans, et évidemment de me moquer des infortunés que les parents ont forcés à faire latin sous prétexte que ça peut servir. Ha ! Je me gausse encore. C’est un peu l’élitisme du pauvre ça, comme mettre ses enfants en Allemand première langue en 6ème (j’en sais quelque chose, c’est ce que moi j’ai fait) ou comme faire du violon plutôt que de la flute à bec (Three blind mice au violon ça rend super pas). Rosa rosa rosam rosae…quelle tristesse. C’est pas comme ça qu’on les impressionne les jolies filles qui attendent le bus et le prince charmant aux yeux de myrrhe (j’ai aucune idée de ce à quoi ça ressemble, la myrrhe, j’espère que c’est beau et sensuel et si possible bleu ou vert. Il parait qu’elles craquent toutes pour les yeux bleus ou verts. Les miens sont marrons….bon).

 

En grec au moins on apprend un autre alphabet (vous voyez, vous récitez  le début de l’alphabet grec sans le savoir. Les gonzesses sont à portée de main, concentrez-vous un peu. Surtout les moches), on dessine des omega et autres signes étranges et surtout leur mythologie c’est quelque chose. Plein d’histoires passionnantes. Si j’étais croyant, je serais polythéiste, sans hésiter un instant. Ça fait un peu plus de sacrifices, plus de récoltes et de temps en temps faut égorger une fille pour que le vent se lève mais ma foi, ça fait de chouettes histoires avec des noms rigolos. Moi par exemple j’aime bien simplement dire ‘Clytemnestre’ quand je présente l’excellente Bd L’âge de bronze, pour voir la lueur d’admiration s’afficher dans l’œil alerte de la cliente médusée par tant de culture affichée (étalée, même, telle de l’ambroisie sur un blinis olympien). Ça me rappelle qu’un client un jour me demande conseil (et à vrai dire j’ai peut-être déjà raconté cette anecdote, je sais plus, navré si c’est le cas, mais au pire, l’exorciser une seconde fois me fera du bien), car il veut offrir une Bd à sa sœur qui est fan de mythologie grecque. Je lui suggère donc L’âge de bronze, qui couvre la guerre de Troie de manière brillante (et passionnante. Quelle garce cette Hélène, vraiment).

 

- Ah non elle n’aime pas le noir et blanc

 

Bon. J’ai depuis longtemps accepté de ne pas discuter les opinions péremptoires qu’on peut se faire au sujet d’un membre de sa famille (je décrète dès à présent que mon grand frère n’aime pas le cassoulet de Castelnaudary. Uniquement celui de Toulouse. Parfaitement). Et puis il a sûrement des informations que je n’ai pas, un traumatisme autour du noir et blanc ou que sais-je.

 

- Je dis ça parce qu’elle déteste les mangas, à mon avis ça vient de là

 

Ah bah oui. Ça me paraît d’une logique infaillible.

Et comme je suis un professionnel, que je sais mettre mes goûts de côté pour satisfaire ma clientèle (oui, je suis un snob élitiste), je lui propose à contre cœur de chez contre cœur Atalante (quand faut y aller…), ce qui suscite en lui un enthousiasme débordant d’enthousiasme (un enthousiasme au carré)

 

C’est un peu comme préférer le remake du Choc des titans à l’original, ça vous vrille un cœur pourtant bien accroché

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

Violette 28/02/2011 22:59



Votre frère a raison! A Toulouse le Xcassoulet est fait notamment avec  de l'échine de porc et de la saucisse, à Castelnaudary du mouton et du confit de canard et à Carcassonne, on remplace
le confit par une perdrix rouge !!!



Matilou 23/02/2011 22:54



Dire que j'ai failli, sur les conseils de mes profs, faire du latin dès la 4ème: j'ai refusé.


Je n'avais rien contre le latin; c'est juste qu'à raison d'une heure d'initiation par semaine en 5ème, on finit par considérer cette langue comme le dessin ou la musique: obligatoire mais sans
intérêt. A mon humble avis, il avait déjà été décidé de la faire passer du statut de langue morte à langue disparue.


On y orientait effectivement tous ceux qui se prenaient pour des fils-filles de bonne famille respectable à ne surtout pas mélanger à cette plèbe ouvrière, on ne sait jamais.


 Je les ai donc furieusement méprisés ces jolies coupes au carré, ces sacs en jean et ces chemises à carreaux noirs et blancs, type bûcheron. Paraît que ça faisait classe à l'époque (Oui, le
superficiel était déjà à la mode).


J'ai dit non, j'veux pas faire du latin; j' veux rester avec des semblables qui me ressemblent: David T. qui s'est pris une baffe une fois en musique et David (c'était un prénom à la mode aussi)
M. qui faisait 30 fautes d'orthographe par dictée.


Des gamins qui me faisaient rire et qui surtout ne se prenaient pas au sérieux, des Arlequins plutôt que des Iphicrates.


 


(Bon après j'ai du m'y mettre au latin et j'avoue avoir pris beaucoup de plaisir à traduire les textes: ça fait travailler la logique et la rigueur. ) 



Le libraire en question 24/02/2011 22:08



bien dit



Laetitia 22/02/2011 17:49



ah c'est marrant, j'ai eu le même style d'anecdote que vous ce matin. Je vends du vin, je conseille un vin pour un cadeau et on me répond "ah ouais mais non, il va pas du tout aimer l'étiquette,
il va trouver ça trop cheap..." ! hum... mais sinon le vin est bon dedans aussi vous savez ...



Marc-Edouard 22/02/2011 09:45



Je me disais bien qu'il n'y avait pas grand monde Samedi alors pourquoi n'est -tu pas venu avec nous dans la Batcave pour regarder les jolis originaux .


Au fait merci pour Lloyd Singer , c'est Top !!


A+ le libraire


P.S : Ne paume pas mes ex-libris sinon je fais une descente avec une bande de barbares !



Aurelie____ 21/02/2011 14:45



Je découvre ton blog. Je ris mais je riiiiis! Merci!



Le libraire en question 21/02/2011 15:38



woohooo


 


eh bien rions, ma chère Aurélie, rions