Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 14:43

Alors la semaine dernière avait lieu, donc le Festival d’Angoulême (FIBD pour les intimes).

Oui, c’est un sujet assez évident, mais déjà que j’ai du mal à trouver des choses intéressantes à raconter, ces temps-ci, si je prends pas au vol ce qui passe tout droit sous mon nez, on va pas s’en sortir vous et moi.

 

Et hier, après quatre jours intensifs de dédicaces charentaises, de rires, d’alcool et de coucheries (oui, ça couche beaucoup, lors des festivals. J’ai décidé de dénoncer, aujourd’hui. Il faut que l’omerta cesse. Il faut surtout plus d’auteurs femmes, si j’en crois les bruits de couloirs), hier, donc, était annoncé le palmarès lors de la cérémonie de clôture, qui a eu le bon goût d’être présentée sous forme d’hommage à Fred.

 

Contrairement à ce que je laissais entendre la dernière fois, ils n’ont pas trouvé de plan B. Ils sont allés directement au plan C, à savoir Calvin & Hobbes, et ont décerné le Grand Prix à Bill Watterson. Ça se jouait finalement entre Otomo et lui, puisque Alan Moore s’était retiré de la compétition quelque temps avant, expliquant que merci mais non merci, la vie publique, tout ça tout ça, c’est pas pour moi. Ce qui risque de se passer avec Watterson, surtout, c’est qu’il expliquera rien du tout, il va débrancher encore plus son téléphone et ne cherchera pas nécessairement à savoir où ça se trouve, au juste, la Charente, et s’il y fait meilleur en hiver qu’en Ohio (la réponse est oui, carrément). Inutile d’espérer qu’il préside le jury ou qu’il fasse l’affiche l’an prochain, comme c’est généralement le cas. Bon par contre, il a laissé ses planches en gestion quelque part (une université dans l’Ohio justement), donc suffira de demander gentiment et une expo devrait pouvoir se faire. Rien que ça, ça méritera le déplacement.

 

Je suis d’un naturel plutôt timoré et réservé, donc je n’ai pas sauté dans tous les sens (j’ai souri, levant le museau face au vent comme Snoopy, mais ça s’arrête là), mais il est évident que je me réjouis de savoir que tous ces auteurs ont voté pour Bill, que ça va peut-être relancer un peu l’art subtil du comics trip dans nos contrées (on peut rêver. Editeurs, hésitez-pas à présent à vous pencher sur Pogo, Bloom County, The Far Side etc. etc.). Ca va peut-être même motiver Hors Collection à réimprimer l’intégrale de Calvin & Hobbes sortie en fin d’année, plutôt que de nous les laisser n’importe comment dans le désordre, au mauvais format et même pas en couleurs pour les planches du dimanche.

 

Le palmarès en lui-même est plutôt chouette, bien que très convenu pour les prix importants (Come Prima, Mon ami Dahmer, Ma révérence, Mauvais Genre. Rien que des titres qui ont été réimprimés et ont trouvé leur public), avec quelques surprises (Fuzz et Pluck, Cowboy Henk). Mais bon, un prix à Angoulême, ça donne un peu plus de visibilité, certes, mais ça déclenche pas des masses de ventes. On offre pas à Noël le fauve d’or (seul prix « demandé spontanément » par les clients) comme on offre le Goncourt. Enfin si, on offre Quai d’Orsay, mais en ayant absolument aucune idée qu’il a eu le prix du meilleur album quelques mois avant.

 

Enfin voila qui nous aura occupés dans la profession pendant quelques semaines et qui me permettra de légitimer auprès de mes clients le fait que je les bassine avec Calvin & Hobbes dossier après dossier (oui, j’écris des dossiers thématiques dans lesquels la présence de Calvin & Hobbes est obligatoire. D’ailleurs, là j’en termine un, et y’aura l’intégrale dedans) et qui me permettra aussi de faire mon crâneur vu que j’avais plus ou moins annoncé le palmarès.

 

 

Quand je serai grand, je créerai mon propre festival international et je ferai jury à moi tout seul. Je reflèterai mes goûts et les gens snoberont mes choix tout en se ruant sur les auteurs à la mode et sur le énième repreneur de Blake et Mortimer. Finalement, c’est plutôt ça, Angoulême : de la passion, encore de la passion, et Watterson qui gagne à la fin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

raf 13/02/2014 23:04


Argh le libraire, j'adorais vos chroniques, je venais tous les jours. Et puis l'eskimo, pas trop... Et là je ne sais même pas comment et je retombe ici et je me rends compte que ça fait 1 an et
demi que ça chronique ici! Fichtre, de par la barbe du prophète, je suis content!