Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 01:00

Je n’ai jamais vraiment été convaincu par la notion de vocation. Vouloir être libraire, ce n’est pas une question de vocation. Moi, tout petit déjà j’avais pas forcément en tête de faire des piles de livres, d’ouvrir des cartons au cutter et de décider arbitrairement ce qui liront les gens assis sur les toilettes. Il faut par contre certaines prédispositions : être ordonné, méthodique, aimer les rangements et classements divers et variés (les libraires qui vous disent qu’ils sont bordeliques mentent. Ce sont de faux bordeliques. Moi aussi j’ai des chaussettes qui trainent par terre dans la chambre à coucher et j’ai pas fait la vaisselle, ça fait pas de moi un bordelique) et aussi être un peu collectionneur. Par là je n’entends pas qu’il faille à tout prix rechercher l’édition originale avec une page imprimée à l’envers et ne surtout pas lire un livre si ce n’est pas la première édition. Non, il faut être un accumulateur. Ce qui explique ma propension à faire des listes tout le temps, pour mieux accumuler.

 

J’ai eu diverses phases plus ou moins ridicules, mais mes deux collections principales ont été une de paquets de cigarettes (alors même que je n’ai jamais fumé) et, un peu plus tard, je me suis lancé dans les cartes de baseball et de basket, ce qui m’a pas mal occupé. Les gonzesses sont arrivées pour me sauver de ma détresse geekesque et me détruire intérieurement, jusqu’à ce que je me jette corps et âme dans la musique pendant quelques années, mais c’est une autre histoire.

 

Je ne croix pas aux vocations, mais par contre je crois aux instants décisifs. C’est mon côté Cartier-Bresson. Je vais sans plus tarder vous raconter le mien, vous allez voir, c’est une belle histoire, j’espère même en avoir les larmes aux yeux dans quelques paragraphes.

 

Zou.

 

Il fut un temps où j’étais encore plus jeune, encore plus beau, encore plus alerte et soyeux et où j’avais un vrai métier, avec un vrai revenu qui me permettait d’assouvir ma folle passion pour la bande dessinée auprès de mon libraire à moi qui ma foi m’était plutôt sympathique malgré ses défauts de mec un peu pénible parfois. Puis soudain j’ai troqué ce métier pour un faux métier de troubadour ménestrel plutôt coolos avec plein d’avantages, mais pas celui de rapporter de quoi poursuivre ma voracité de lectures dévorante. Et donc une année, je me souviens que c’était en Décembre parce qu’il faisait froid et que c’était Noël, je mets sur ma liste de cadeaux potentiels ‘des Bds s’il vous plaît monsieur le gros barbu’. C’est la liste qui fait exception, mais je hais les listes de Noël, du coup j’ai pas fait d’énumération précise, juste ‘des Bds, vas-y débrouille toi avec ça mon ptit père, montre moi que t’es omniscient’. J’ai des goûts que l’on pourrait pompeusement qualifier d’exigeants (en gros, je suis chiant), mais j’expliquais au plus beau Père Noël du monde (ma mère) que oh, t’inquiète, tu vas voir monsieur le libraire là bas, il connaît mes goûts, il saura te guider, n’aies de craintes, tout va bien se passer, t’as juste à dépenser des sous pour moi et je ferai de même si j’arrive à en trouver d’ici là.

 

Mon état de sevrage m’était insupportable, j’en étais réduit à relire mes vieux Picsou Magazine, je rêvais de toucher du doigt les quelques nouveautés qui valaient vraiment le coup et les accueillir parmi moi, les aimer, les choyer, les prêter même parfois (je suis dans une relation libre avec mes livres). Je me frottais donc les babines d’avance, enfin la délivrance, avec le plaisir qu’est dans l’attente et tout et tout allez quel jour on est c’est pas Noël encore bordel ?

 

Et soudain, sans crier gare (bon ok si un peu) c’est le jour j, je dévale les escaliers en pyjama Lucky Luke et chaussons Garfield, je dis bonjour à mon chien, puis à mes parents, puis je mets le 33T de Los Pitufos (chaque chose en ordre et en son temps) tout en jetant un coup d’œil furtif sous le sapin pour vérifier que j’ai bien été sage cette année et que je vais pas me retrouver avec deux slips et du chocolat bon marché.

 

Il est là le divin paquet. C’est parallélépipédique, c’est rigide, ça a visiblement été emballé par un apprenti, pas de doutes, ce sont des Bds.

 

Joie.

 

Woopty Doo.

 

Anda.

 

Je déchire le paquet qui, clin d’œil amusant, comprend deux Bds Paquet. C’est pas le nombre qui compte, c’est l’intention, et deux livres ça me va très bien, ça me suffit à être heureux, venez tous m’offrir deux livres, vous verrez ce que c’est que le bonheur dans les yeux d’un bienheureux. Bon par contre je les sens pas moi ces machins, j’en ai pas entendu parler, t’es sûre, oh belle Père Noël que tu t’es adressée au bon libraire, celui qui me connaît, qui a du s’exclamer que oh ! c’est pour le futur libraire qui se cache pour mourir ? mais entrez madame, vous voulez du champagne et des macarons et un tapis rouge à installer chez vous ?

 

- Oui oui

- Ah

 

Ma première impression fut confirmée par la lecture des ouvrages susmentionnés. C’était plus que moyen, dirons nous pour euphémiser gaiment. En fait je le soupçonne de ne les avoir pas lues, il a du voir ça qui trainait sur une pile quelque part, le genre pas simple à vendre parce que c’est pas terrible, tout simplement, mais ça ressemble un peu vaguement à du roman graphique, allez, c’est son truc, ça va bien lui plaire, de toute façon les lecteurs ils sont pas très exigeants, tant que ça se lit ils sont contents, allez, prenez ces deux là madame, ce sera très bien, et puis ça me fera toujours ça en moins à retourner d’autant plus que je vois vraiment pas à qui je vais les caser.

 

Je ne souhaite à personne de connaître un jour ce sentiment de trahison ultime. Il avait ma confiance dans les mains et il l’a écrasée et jetée contre un mur de verre pilé. Et en plus, comme je ne revends jamais mes cadeaux, j’ai deux bouses (en plus) dans ma bibliothèque, et ça fait pas très sérieux quand même quand je ramène des gonzesses exigeantes chez moi.

 

Voilà pourquoi quand je fais du conseil, je le fais à fond, à la limite de l’obsessionnel, je veux que l’enfant/l’ado/le ptit con qu’aime rien/l’adulte blasé/la grand-mère gateau aient chacun des plissures de plaisir au coin des yeux en découvrant ce qu’ils pensent que le Père Noël a délicatement choisi rien que pour eux avec les quelques indices laissés par la lettre qui lui était adressée (‘Salut, j’veux une Bd, j’ai 23 ans et j’aime pas trop lire. Merci. Ps : j’ai aimé Le seigneur des anneaux’) .

 

Voilà, vous savez tout de mon instant décisif qui a forgé un peu plus mes névroses de libraire. Je vais à présent me retirer et sécher mes larmes. Qui m’aime me suive.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

Stella J. 08/04/2011 21:27



et dans quel style de musique tu t'es lancé ? tu jouais d'un instrument ? c'est marrant comme j'aime te lire... ça donne envie de te connaitre plus, tu es très attachant :) ps : c'est quoi ton
prénom dans la vraie vie ?



Le libraire en question 09/04/2011 09:27



musique electronique melodieuse on va dire pour simplifier, non, pas d'instrument, c'est vrai que suis attachant, à vrai dire je mise tout dessus dans la vie (mais merci)


 


pour le prénom, j'ai du y faire allusion quelques fois, mais nan, je le donne pas, c'est le principe de l'anonymat



Denix 12/01/2011 18:24



Oh punaise un grand merci monsieur qui se cache!


Je viens enfin de comprendre pourquoi je suis devenu libraire^^


Billes de cartouches d'encre, paquets de cigarettes, classique timbres et cartes postales, bouteilles de whyskies, disques vinyles et et et....BD à foison et tout ce qui va avec, ex-libris
magazines figurines!!^^


Oui oui c'est un beau b.... chez moi! J'ai (presque) tout gardé...


Mais sans loutre ni paquets de granolas jusqu'a ce jour! Mais je garde espoir!



Le libraire en question 13/01/2011 00:23



eh oui, y'a de grandes règles immuables (bon par contre j'ai jamais bien compris le pourquoi du comment des figurines et des XL, mais chacun son truc para bd hein)



Baronne Samedi 11/01/2011 10:45



Je n'ai aucun scrupule à revendre ou donner un cadeau qui ne me plaît pas mais si ce sont des "bouses" comme vous l'évoquez de manière si imagée, la déception est d'autant plus grande que ce
n'est même pas fourguable...



Le libraire en question 13/01/2011 00:22



bah alors, faut me tutoyer, c'est quoi cette histoire?


 


nan mais je reçois très peu de cadeaux, en fait, du coup je les garde un peu près de mon coeur, quand meme



songe 10/01/2011 17:23



ha mais zut qu'est ce qu'il fait là ce mot "chat" je n'avais aps fais gaffe !!! ha ben je comprends que ce n'était pas très clair :p désolée



Maliro 10/01/2011 10:15



Je classais les billes par couleurs... et je faisais même de jolis serpentins avec les cartouches vides, en les taillant. Je dois ouvrir une librairie ?



Le libraire en question 10/01/2011 11:04



ca depend quel degré de plaisir tu y prenais...mais sinon oui il va falloir y songer