Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 21:38

Mardi 10 Décembre,

 

Cher journal de Noël,

 

Cette fois-ci c’est bon, les éditeurs ont compris que ça servait plus à rien de nous envoyer des nouveautés, qu’il n’y avait vraiment plus de place nulle part. C’est toujours ça de pris. Ça veut dire moins de cartons à traiter (il y a toujours les commandes clients qui affluent et très peu de réassort (je décale toutes mes commandes pour la librairie à l’année prochaine, aucune raison de reprendre des livres vu le stock que j’ai)) et plus de temps pour vendre, d’autant plus que à y’est, j’ai récupéré mes deux apprentis chéris, nous sommes donc en équipe complète.

 

Sauf que c’est un peu comme avoir son sapin tout décoré dès le 1er Novembre, c’est joli, ça sent bon, mais l’ambiance est pas encore là et ça sert pas à grand-chose. Du coup, même s’il y a eu du conseil à droite à gauche, il s’est à peu près rien passé. Si ce n’est une mère de famille qui m’a dit qu’elle lisait les Epatantes aventures de Jules de son fils, et ma foi, elle a bien raison, j’ai moi-même les mêmes à la maison (je parle des livres, pas de son fils. Ça j’en ai pas. Mais alors vraiment pas).

 

Comme j’ai rien à raconter, on va faire dans le ludique et le rigolo : je vais vous expliquer deux ou trois chiffres (woohooooo). Tout d’abord, le nombre de tickets. Il s’agit du nombre de ventes que je fais dans une journée donnée. C’est une donnée importante qui permet de mesurer en partie la fréquentation (l’autre donnée étant le nombre de clients uniques, ie combien de personnes différentes je vois sur une période donnée, indépendamment du nombre de fois où elles passent). C’est pile sur la période de Noël où je vois tous ceux qui ne viennent qu’une seule fois dans l’année. Je les aime autant que les autres parce que je suis hypocrite (en vrai je préfère largement mes 150 meilleurs clients, ne serait-ce que parce qu’ils m’écoutent et me réconfortent et comprennent mes désarrois et mes joies, mais officiellement, tout le monde est logé à la même enseigne), mais ça n’enlève rien au fait que même s’ils constituent la moitié de mes clients sur une année, ils arrivent péniblement à  représenter 10% de mon chiffre d’affaires total.

10% dont j’ai grandement besoin par ailleurs (nous y reviendrons à la fin de l’année), ceci expliquant à quel point cette période est importante.

 

Toujours est-il que mon nombre de tickets est relativement faible. Pour la très simple raison que je n’ai absolument aucune clientèle de passage. Pour avoir de la clientèle de passage, c’est toujours mieux d’être dans une grande ville et/ou sur un lieu de passage (ça se tient). C’est super pas mon cas. Je suis d’ailleurs la risée de mes collègues spé Bd en terme de ventes du dernier Asterix ou du Blake et Mortimer (ou de l’intégrale Quai D’orsay). En revanche, les 2 personnes parmi vous qui se sont amusées à calculer mon panier moyen ont constaté que oh lala, il est rudement joli dites donc.

 

Oui, c’est vrai.

 

1.5 x plus élevé que la moyenne des spécialisés Bd, 3 x plus élevé que la moyenne des librairies tout court.

 

Ça veut pas dire que je suis le plus fort (même si un peu, quand même), mais plutôt que j’ai vraiment pas d’achats impulsifs de gens qui passent devant la vitrine et qui se disent que ah oui, ça fait longtemps que j’ai pas regardé de près une guerrière avec des gros seins (je choisis pas toujours mes vitrines…). Pour venir me voir, il faut l’avoir planifié à l’avance et vraiment le vouloir. Heureusement, ils sont quand même nombreux à vraiment le vouloir.

 

‘fin bon, voilà  pour les chiffres.

Allez, encore deux jours plutôt tranquilles avant le début du coup de feu (avec dimanche et lundi pour me reposer en baillant derrière mon comptoir, désespérément seul).

 

T’as l’bonjour d’Albert.

 

Nombre de tickets : 39

CA : 1 995 €

Livres : 165

 

Paquets cadeau : 19

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

Marc-Edouard 11/12/2013 08:40


Toi qui n'en peux plus qui baille
Qui voudrais dire bye bye
T'as l'bonjour d'Albert, le gros Bébert
Toi qu'as pas rigolé depuis les Pieds Nickelés
T'as l'bonjour d'Albert, le gros Bébert

Refrain :
T'as l'bonjour d'Albert, ho ho ho ho ho
Le seul qui trompe, qui roule pas mais marche au super
T'as l'bonjour d'Albert, ho ho ho ho ho
Même si ton père comprend pas, va dire à ton père
T'as l'bonjour d'Albert
T'as l'bonjour d'Albert

Si ta petite amie est partie au Massachusetts
En te disant qu'elle s'en allait chercher des allumettes
Et si trois ans plus tard, elle ramène un motard
Te disant qu'elle ne fume plus, joue-lui à la guitare

Refrain

Si ton percepteur persiste à te persécuter
Tu te prends tes meubles et tes fringues, au lieu de discuter
Installe ta sono en face de son bureau
Et passe en maxi décibel à l'argent des impôts

T'as l'bonjour d'Albert

*** Break musical ***

T'as l'bonjour d'Albert
T'as l'bonjour d'Albert
[Ho !]

Refrain

T'as l'bonjour d'Albert
T'as l'bonjour d'Albert
T'as l'bonjour d'Albert
T'as l'bonjour d'Albert
T'as l'bonjour d'Albert
T'as l'bonjour d'Albert

silversurfer 10/12/2013 23:24


Le gros Bébert ?