Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 23:28

De temps en temps, quand j’arrive le matin avec l’esprit embrumé des rêves non encore dissipés de la nuit (hier j’ai rêvé qu’un certain Carl se cachait dans mon coffre car c’était pour lui l’endroit idéal pour finir son écharpe en laine. Logique), je me prends à imaginer ce que ce serait un jour de soldes à la librairie, si j’en faisais : des hordes de lecteurs assoiffés et surtout fauchés qui seraient là depuis des heures à attendre les caméras de télévision pour être pris en train de se faufiler sous le rideau métallique, obstacle ultime entre eux et le premier tome de chez Soleil qui n’aura jamais de suite et qu’ils pourront avoir pour un prix dérisoire après une course épique façon Ben Hur (c’est une idée, ça, d’ailleurs, d’organiser une course avec des gens qui tournent en rond autour des îlots de livres, déguisés en romains avec des plumes un peu partout, ce qui n’est pas toujours pratique).

 

Et donc tout ça pour dire que je ne connais pas l’effet des soldes sur mes clients, mais en tout cas je vois bien l’effet du manque d’essence (ou plus exactement des longues files d’attente avant d’obtenir le droit d’avoir les doigts qui sentent le gazole). Le plus flagrant étant qu’ils ne sont pas là. Mais alors super pas (ceci n’est pas un jeu de mots). J’ai beau avoir plein de calendriers et d’agendas pour l’année prochaine, ça ne les a pas motivés à user de cette denrée dorénavant précieuse et rationnée pour venir faire un créneau près de ma librairie. Il y a bien eu quelques jeunes qui beuglaient que notre cher président était foutu pour la simple raison que eux étaient dans la rue (faudrait songer à renouveler les slogans quand même, déjà à mon époque les p’tits jeunes qui savaient pas trop ce qu’ils faisaient là si ce n’était l’opportunité d’aller gratuitement à Paris sans devoir manger à la cantine utilisaient les mêmes), ce qui m’a sortir de ma torpeur et de mes stats (je prépare Noël, ça se fait pas en deux minutes. Enfin si, ça peut, mais ce serait ni raisonnable ni rigolo), mais ce fut tout.

 

J’ai globalement eu six fois moins de clients qu’un mardi moribond, ce qui n’est pas grand-chose, pour résumer la nervosité ambiante. D’ailleurs ma dernière cliente potentielle s’est pointée à 19h30. Je rangeais la compta du jour dans les classeurs dans la réserve à ce moment là et ne l’ai donc pas entendue rentrer, et je me charge donc de lui expliquer que oui, non, bonjour, désolé madame, je suis fermé. Elle cherchait juste le dernier Lucky Luke qu’elle avait du mal à trouver, m’explique-t-elle,  parce que j’avais éteint les lumières. Oui c’est sûr qu’on y voit moins bien dans ces cas là, mais c’est parce que je suis fermé, madame, désolé. Son premier réflexe a été de s’énerver, de dire que c’est vraiment n’importe quoi, que tout ferme à 19h, c’est quoi ces commerçants qui veulent pas travailler blablabla.

 

C’était pas très malin, comme réflexe.

Surtout qu’avec moi il suffit de me faire du charme, je suis très sensible au charme. Dites moi que j’ai de belles plumes et que je serais un super fort gladiateur et bon, ok, allez, c’est bien parce que c’est vous, mais faut me payer en liquide hein, j’ai validé le terminal CB.

Mais là j’ai pas que ça à faire, je tente vaguement d’avoir une vie, je compte même aller faire des courses au supermarché parce que je n’ai plus de farfalle ni de riz et que les légumes ça va cinq minutes. D’ailleurs j’espère que les gens ne se sont pas rués sur le riz par craintes de pénuries, sinon j’en viendrais à regretter d’en avoir envoyé en Somalie il y a 20 ans.

 

Mais au moins je n’ai jamais acheté le 45T de Le Soleil se lève à l’est, malgré la présence de Marie Ange Nardi que j’ai toujours fortement admirée. L’honneur est sauf. Au moins maintenant avec les SMS, plus besoin pour n’importe qui de chanter n’importe quoi (enfin ça c’est de la théorie). Et ce paragraphe n’a aucun rapport avec quoi que ce soit, si ce n’est que de temps à autres le cheminement de ma pensée m’amène dans des contrées merveilleuses. Et plumeuses.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

Stéphanie 14/11/2010 19:45



Mon libraire BD me prend déjà pour une folle, je vais éviter d'en rajouter une couche en lui disant qu'il a de belles plumes pour le charmer!


J'ai même l'impression que si une cliente vous faisait ce coup là, vous auriez peur :)



Matilou 21/10/2010 10:26



Et je précise que les lycéens ne peuvent pas déposer un préavis de grève parce que le droit de grève est lié à la défense des intérérêts professionnels.


Aucun texte n'interdit en revanche aux lycéens de se rassembler et/ou de manifester.


Quand la police intervient, c'est souvent sur la demande du chef d'établissement.


(Bon ce sera tout je pense pour aujourd'hui...m'énerve ce libraire bd (je plaisante...)


 



Le libraire en question 21/10/2010 10:43



ah bah oui tiens. ca m'apprendra a repeter betement ce que me disent les profs du Lycée



Matilou 21/10/2010 09:49



Mais je n'en doute pas! je ne viens pas remettre en cause la sympathie de tes lecteurs, je ne les connais pas.


Je dis juste qu'on devrait veiller à ne pas réduire la portée d'un mouvement.


c'est décidément bien difficile de débattre via Internet, ;-)



Le libraire en question 21/10/2010 10:45



l'important c'est de ne pas remettre en cause ma sympathie à moi, voyons



Matilou 21/10/2010 09:16



"Y'a des gens qui servant à rien, dehors", "certains n'ont aucune idée de pourquoi ils sont là": curieux comme ces phrases pourraient s'appliquer aux membres de notre gouvernement, leader ou pas
de droite.


Mais vous avez sans doute raison: continuons à croire que c'est dans l'intérêt des jeunes, toutes ces réformes au lieu de penser qu'on leur demande de combler des déficits qui ont été creusés par
la majorité au pouvoir.


Il n'y a qu'à ouvrir les yeux pour voir la situation des professeurs stagiaires affectés sans aucune formation...et lire Le Monde diplomatique de ce mois d'octobre.


Moi aussi , parfois, je suis exaspérée...



Le libraire en question 21/10/2010 09:24



oh tu sais, je pense que nous sommes tous d'accord sur le sujet


 


et je precise par ailleurs que la souris blonde est prof super chouette bien au fait de la situation des profs stagiaires



Baronne Samedi 20/10/2010 18:56



Le bandeau avec la fille à croix gammées, ça craint. Si je n'avais pas lu  des articles précédemment publiés au sujet des couvertures racoleuses, et étais arrivée là la première fois,
j'aurais fait demi-tour aussi sec (oui, je sais, je manque de patience).



Le libraire en question 20/10/2010 19:11



meuh non voyons, il est tres bien ce bandeau. C'est un filtre anti lecteurs premiers degrés, d'ailleurs. Que tu n'es pas. Donc je ne doute pas un instant que tu serais restée pour voir de quoi il
retourne, au juste