Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 01:00

Tout comme le curling à la télé, il est certains profils qui se pointent à la librairie régulièrement mais peu souvent. Et tout comme avec le curling, c’est dommage, mais c’est comme ça.

 

Je vous ai conté il y a un petit moment la jolie histoire de ce jeune homme qui voulait se mettre à la Bd et qui me demandait donc conseils pour lancer sa carrière de mangaka. Si j’en avais le courage je vous retrouverais le lien, mais là pfiou, faut pas trop compter dessus, donc pour ceux qui l’ont pas lu, il va falloir me croire sur parole.

 

Et donc là, on remet le couvert, cette fois avec une jeune demoiselle d’une vingtaine d’années pleine d’entrain mais néanmoins toute timide (phrase à ne pas sortir de son contexte, merci). Elle commence par me demander comment on fait, au juste, pour rencontrer des gens et si faire un stage dans une maison d’édition peut être un bon début.

 

Je mets un moment avant de comprendre que ce qu’elle veut, c’est croiser des auteurs qui lui expliqueront précisément comment faire une Bd et comment se lancer, et dans sa tête elle pense donc que passer quelques jours dans une maison d’édition ce serait l’idéal, vu qu’en toute logique tous les auteurs doivent être sur place. Oui, logique. Bon là où ça se corse c’est qu’elle n’en connaît aucune. Ce n’est pas très grave, il n’est jamais trop tard/tôt pour apprendre,  je lui fais la liste des dix premières (elle connaît Soleil, j’y reviendrai), elle s’étonne qu’il y en ait autant, oui bon c’est pas gagné.

 

De toute évidence nous ne sommes pas du tout sur la même longueur d’ondes, elle me pose des questions qui n’ont aucun rapport avec ce que je raconte et que je mets un moment à comprendre alors même que je suis plutôt du type intelligent. Elle profite d’un instant de faiblesse pour me dire qu’elle était à Angoulême et qu’elle a attendu trois heures pour avoir une dédicace d’Arleston et de Mourier. Elle était un peu triste car elle aurait aimé un dessin sur le beau papier Canson qu’elle a acheté exprès pour l’occasion (douce naïveté), mais ils lui ont rabattu le clapet en lui racontant les merveilleuses histoires des dédicaces vendues sur Ebay.

 

- Vous vous rendez compte, me crie-t-elle, remplie d’indignation et de larmes prêtes à jaillir ? Il y a de la fraude !! Les gens revendent leurs dédicaces, c’est horrible.

 

Oui, c’est sûr que c’est un des nombreux signes de l’apocalypse. Un de mes clients, qui n’accepte d’avoir dans sa bibliothèque que des EO dédicacées (oui, y’en a des comme ça), m’a un jour dit qu’il y avait en permanence 1 300 Bds dédicacées en vente sur Ebay. J’irai pas vérifier, ça m’intéresse pas des masses, mais ça ne m’étonne pas trop. Bon je la rassure, non ce n’est pas de la fraude, faut pas non plus exagérer, les dessins sont vrais (enfin parfois), c’est pas très glorieux comme procédé, mais c’est le monde merveilleux des chasseurs de dédicaces organisés qui pensent rien qu’à revendre et qui demandent à leurs propres enfants de faire la queue et d’arrêter de pleurer bon sang, ça va, c’est quoi quatre heures d’attente quand on a dix ans ?

 

J’en viens à lui expliquer que de nos jours, Internet c’est quand même super pratique, que ça permet de montrer son travail et de rencontrer tout plein de gens et que c’est une étape indispensable.

 

- Non je veux pas mettre mes dessins sur Internet, je veux pas qu’on me les vole

- Comment ça ?

- Eh bien que quelqu’un se serve et les copie et qu’on me vole mes dessins et qu’il les reproduise pour en faire une Bd sans me demander.

 

Ah.

Bon.

Une forme d’espionnage industriel Chinois à l’échelle de la Bd, un complot géant qui pique les dessins de nos fils et nos compagnes. Heureusement que le Syndicat veille.

 

Donc pour résumer, elle cherche à rencontrer des auteurs, pour éventuellement trouver un scénariste, pour que si un éditeur la contacte pour un projet (on sait jamais, des fois qu’ils feraient de la prospection auprès de gens pris au hasard dans la rue) elle soit prête, sauf qu’il faut pas lui demander de montrer ses dessins, ou alors uniquement dans un espace sécurisé avec photos interdites, et une fois son hypothétique Bd dans les bacs, ne comptez pas sur elle pour la défendre en dédicace, car y’a pas de raisons que vous vous enrichissiez sur son dos. Salauds.

 

Je lui ai tout de même expliqué brièvement comment créer un blog, donc on sait jamais, moi j’y crois, hésitez-pas à m’envoyer vos projets éventuels, je ferai suivre.

 

 

J’ai lu Le choix de Sophie (Styron), qui est un bon (gros) roman un peu trop classique et répétitif à mon goût, surtout sur un thème souvent exploité, mais faut reconnaître que c’est très bien écrit/traduit. J’ai enchaîné sur du un peu plus léger : Histoire d’os, de Westlake. Toujours aussi agréablo-rigolo de retrouver ce bon vieux Dortmunder.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

ADN 17/02/2010 19:32


Je voulais juste raconter que j'ai appris récemment que les dessinateurs dont on peut voir le travail sur DéviantArt ont été confrontés au vol de dessin. Comme vous j'ai tiqué: "Comment ça
'vol' de dessin ? Quelqu'un se prétendrait auteur de mon oeuvre magistrale au fusain originalement décalquée sur le mangasse Nauroto ? Qu'est ce que ça lui apportera sinon l'illusion illusoire
d'être un artiste mieux que moi ?".

Eh bien il s'avère qu'on m'a résumé la chose de façon bien claire : impression des dites oeuvres sur des objets manufacturés (vêtements, tasses, sacs, ..) et commerce subséquent (via
hi-baille).
Sans rétribution de l'artiste original.
...
Ah oui quand même ?
Peste de société mercantile !


Le libraire en question 17/02/2010 20:11


c'est comme quand quelqu'un nous copie, c'est la plus belle forme de flatterie

non?
bon


Anne 17/02/2010 10:29


Haha oui ils venaient de passer chez Busnel, trop fort en déduction notre cher libraire, pourtant je ne l'avais pas trouvé très sympa Sfar et je ne suis même pas fan de l'émission, mais comme
justement j'avais bien aimé le chat du Rabbin, je me suis dit que ma foi, ça ne mangeait pas de pain et voili voilou déception d'autant que je n'aime même pas les dessins tout mous de Blain...
;))
Sinon j'ai essayé de commencer la Horde du Contrevent et je n'y arrive pas, c'est normal Docteur ? Faut-il persévérer ?...


Le libraire en question 17/02/2010 11:38


La horde du contrevent demande un certain investissement de temps, c'est vrai. Il m'a fallu une cinquantaine de pages avant de trouver ca absolument genial et de bien m'y retrouver au milieu de
tous ces personnages

donc ben voui faut perseverer, mais pas trop non plus. A mon humble avis a moi


Anne 17/02/2010 00:38


... ah ben c'est sûr je préfère même une mauvaise BD que 500 pages de Nothomb ;))
Je ne suis pas une lectrice assidue de  BD, mes achats sont plutôt le fruit des circonstances et je passe de super gros coups de coeur (comme "Tout seul" qui est génial et en plus la
collection est superbe) à des déceptions cruelles (comme "Socrate le demi-chien, Ulysse" que j'ai trouvé débile et prétentieux, c'est bien simple, je ne l'ai même pas terminé)... z'en pensez quoi,
vous, du demi-chien ?


Le libraire en question 17/02/2010 09:23


c'est vrai que c'est chouette, Tout Seul

Socrate... je suis pas super fan, même si j'aime énormément le dessin de Blain. Ca vous apprendra à acheter une Bd sous pretexte que les auteurs sont passés dans La grande librairie, na

(tentez quand meme le chat du rabbin à l'occasion, ca vous plaira ptet plus)


liceal 17/02/2010 00:14


Elle pourrait se faire voler ses dessins que quelqu'un reproduirait sur des t-shirts et des macarons à collectionner et à rassembler pour pouvoir reformer la bd. Un véritable commerce tentaculaire
à partit d'une page web.... Cela dit, c'est assez drôle comme anecdote. Elle bat la cliente qui m'a demandé qu'elle type de reliure était préférable pour l'album qu'elle préparait.


Anne 16/02/2010 23:35


Ah zut j'ai donc pas fait le bon achat, on verra si j'aime assez "Dieu" pour récidiver avec votre conseil - l'ennui c'est qu'une BD c'est super vite lu et assez cher donc quand on est déçu c'est
frustrant, on ne peut pas s'empêcher de penser qu'avec le même argent on aurait pu acheter deux bon gros livres de poche de 500 pages chacun !... ;))


Le libraire en question 16/02/2010 23:40


Dieu en personne se lit moins vite, cela dit

je prêche pour ma paroisse, mais les romans et les Bds sont deux types de lectures tres differents, et je prefere depenser 15€ pour 30 mn de lecture d'une bonne Bd que je sais je relirai
regulierement, que 20 € pour le dernier Nothomb, 40 mn de lecture et un livre qui prendra la poussiere pour toujours en attendant le prochain vide-grenier

(bon cela dit on est d'accord hein, surtout quand son budget est serré, mais certaines Bds valent toutes les 500 pages de roman du monde)