Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 17:19

 

Bon, c’était sympa cette histoire de tva, on a bien parlé des librairies indépendantes, ça a donné lieu à plein de débats de ci de là, les médias ont remis tout ça au centre des préoccupations et c’est tant mieux. Sur les dizaines d’articles nombrilistes que j’ai pu écrire ici-même, c’est d’ailleurs ce simple cours de maths élémentaire qui en est le plus populaire. Je vais pas m’en plaindre, j’aime la popularité, ça me rappelle que j’existe, c’est important pour mon ego.

 

Ça a aussi multiplié le nombre d’âneries que l’on peut lire sur internet (non mais vraiment, quelle idée j’ai de venir trainer ici, moi), y compris probablement sur mon propre blog, car je suis pas à l’abri de mes propres bêtises. Mais au moins ce sont des bêtises à peu près informées, j’évite de raconter n’importe quoi (j’ai lu en réaction à je ne sais plus quel article de libé, que les libraires faisaient 100% de marge. Bah oui, on fait du x2 par rapport au prix d’achat, c’est  bien connu. Et x 2 = 100%. Et on s’étonne après ça que les Français soient nuls en économie mais super forts en raccourcis non réfléchis).

 

D’ailleurs, l’effet pervers de tout ça, c’est que là je sature vraiment. C’est pas pour rien qu’il m’a fallu deux semaines avant d’avoir de nouveau envie d’écrire. Le cœur n’y est plus, et fatalement, vu que les clients désertent soi disant les librairies (oui bon ok, les chiffres le prouvent, ça c’est pas une vue de l’esprit. D’ailleurs il paraitrait que si les gens ne vont pas en librairie, c’est parce que les libraires sont condescendants, telle la caissière de Leclerc qui regarderait de haut votre papier toilette premier prix qui gratte alors qu’elle, elle n’aime que le triple épaisseur et qu’elle sait ce qui est bon pour ses fesses et son esprit), vu que y’a plus personne en librairie, donc, eh bien moi j’ai moins d’anecdotes à raconter.

 

C’est mathématique.

Aussi mathématique que l’impact de la hausse de la TVA.

Aussi mathématique que le fait qu’on ferait mieux de s’activer en cette fin d’année vu que c’est là, maintenant, que les gens ils vont venir faire des cadeaux et fureter parmi les beaux livres loin des prix littéraires.

Libraires of ze world, unite ! Mettons en place nos tables d’un poing rageur, cessons deux minutes de nous plaindre que plus personne ne nous aime et que le numérique va nous mettre au chômage et que y’a plus qu’à se mettre en boule dans un coin et pleurer en attendant qu’on nous déloge virtuellement à coups de Santiags dans le derrière. Les éditeurs comprennent nos complications et sont globalement prêts à nous accorder des échéances et rogner sur leurs marges, la qualité éditoriale est là (oui bon ok faut fouiller un peu, certes), les banquiers un peu moins mais tant pis pour eux, l’anarchie n’a pas besoin de banques (oui bon…), alors en avant, camarades, levons-nous fièrement, et demain le livre papier sera le genre humain.

 

Enfin espérons.

Ce sera toujours mieux que de vivre la peur au ventre en entendant au loin des bruits d’éperons.

Partager cet article

Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

Grimmy 27/11/2011 20:33


Ce doit être agaçant de lire et relire le tas de clichés que l'on peut voir dans certains articles. Franchement, qu'est-ce qu'on s'en fout de lire que là, untel est sympa, etc. C'est vraiment un
faux argument, alors oui, la commande sur le net est rapide, en deux-trois clics-toi-là, personne ne juge le choix, mais l'achat laisse des traces dans des fichiers marketing ciblés et la thune
dépensée va à "on ne sait qui" (ou plutôt si, on sait, à des actionnaires). Et encore le livre est au même prix partout (franchement 5% sur un bouquin, même si le libraire ne le fait pas avec sa
carte fidélité, parce que des fois, il ne peut pas, est-ce un gros problème?). 


Le numérique est un faux problème, il co-existera avec le papier. Non, c'est plutôt la vente en ligne, l'impatience des cliens, le tout tout-de-suite et l'incohérence de certaines personnes qui
ne veulent pas voir que leur comportement général tue les petits commerces. Alors oui, pour l'alimentation, on peut se réfugier derrière l'excuse du "les prix varient du simple au double", mais
pas pour le livre.


Bref, la TVA est de toute façon un des impôts les plus injustes. Ca me fait quand même bien rire (jaune) de voir que pour la presse en ligne, le taux va peut-être être harmonisé (à qui donc
profitera ce "petit" cadeau?


 


Bon, je m'étale mais c'est pour vous souhaiter du courage, tenez-bon. En tant que lectrice, je ne peux que m'engager à offrir tout plein de livres pour Noël, des trucs sympas conseillés par des
libraires spécialisés quitte à faire.

Le libraire en question 28/11/2011 10:39



ouaip, suis assez d'accord avec tout ca


et manquerait plus que ca, tiens, que je tienne pas bon. non mais. surtout que des gens qui achetent des livres, il en reste. il faut juste aller les chercher



Camille 23/11/2011 23:16


"pour le numérique, une des pistes serait d'avoir des bornes de téléchargement en librairie, par exemple. Ca passera peut etre par un site dans le futur, mais pour l'instant c'est un
investissement bien trop grand dans un cadre bien trop concurrentiel."


Certaines librairies parisiennes le font. Borne + site de livres numériques. Cela fonctionne plus ou moins bien, tout dépend de la clientèle et du lieu où se situe ces librairies.


Cher libraire en question, bravo pour ton enthousiasme et surtout de ne pas baisser les bras. Lorsque toutes les librairies seront fermées (puisque tout le monde semble se mettre d'accord sur ce
point !), nous aurons bien le temps de verser des larmes et de refaire le monde. En attendant, notre métier est toujours d'actualité, alors autant le faire dans la bonne humeur et avec
conviction, que ce soit pour conseiller des livres anciens, du moderne, de la BD, de la SF, de la poésie ou bien encore du numérique.


 


 

Le libraire en question 23/11/2011 23:27



oh bah manquerait plus que ca, tiens, qu eje baisse les bras. d'autant plus que mon activité se porte plutot pas mal (legere baisse de CA comme tout le monde, mais rien d'alarmant).


 


mais sinon mais ouais, parfaitement !



Klervi 23/11/2011 22:29


Keep faith très cher Libraire !


(Ceci était un commentaire constructif et argumenté)

Le libraire en question 23/11/2011 23:26



oh  bah moi je l'ai la faith


a donf meme


y'a plus qu'à partager



la chariotte 23/11/2011 14:08


J'ai été prise d'un profond désarroi après lecture des commentaires de ce 2e article (déjà qu'en lisant ceux du premier j'ai bien failli faire un ulcère), parce qu'après l'énervement vient le
désespoir. Alors, libraire masqué, en lisant ton mot j'ai bien cru que toi aussi tu étais en plein désespoir, mais non ! Voilà que de ton cri unificateur tu m'as quelque peu remonté le
moral, et je t'en remercie. Peut-être que je l'ouvrirai quand même un jour, ma librairie, et tant pis si c'est pour crever la dalle, de toute façon c'est déjà le cas.
En tous cas, et juste pour dénoncer, c'est pas avec du "Portugal" épuisé qu'on va faire du chiffre... (çà m'énerve beaucoup beaucoup)

Le libraire en question 23/11/2011 15:06



nah, je refuse de me joindre à la morosité ambiante. non mais !


 


pour Portugal oui, , il est victime de son succes, et la deuxieme impression de 4 000 ex etait pratiquement epuisée elle aussi avec les notés. Moi ca va, j'ai anticipé, j'en ai tout plein pour
Noel (que j'ai demandés avec conditions, evidemment hein)



cely 23/11/2011 07:53


bonjour,


cet article m'a bien plu, je fait le même métier que toi et la même spé (bd!), il faut savoir que si l'accueil n'est pas au rdv des fois, il faut aussi se poser les questions  sur soi, ai-je
dis "bonjour", est ce que je regarde la personne ou l'ignore tel un rouleau de pq et encore là mon rouleau a plus d'importance car il est destiné à me sevir alors qu'un libraire il est juste là
pour me donner ce livre qui coute horriblement cher!


arretons de taper sur nous libraire comme quoi on est mal aimble, et que l'on pete plus haut que notre q parce que l'on travaille dans un milieu culturel, on ne connait pas tout et heureusement
sinon on s'ennuierait! déjà on est payé a lire toute la journée, c'est bien connu!


merci à toi libraire cobattant!