/

Présentation

  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
Mardi 1 novembre 2011 2 01 /11 /Nov /2011 00:34

Jeanne et Marguerite (Péronnet) : bon petit premier roman de cette rentrée littéraire. Agréable lecture, même si le personnage masculin ‘moderne’ est franchement irritant et peu convaincant.

 

My dog Stupid (Fante) : je l’avais lu en français, donc hop, relecture en anglais, et c’est toujours aussi bien. Et j’euphémise.

 

Le jeu des perles de verre (Hesse) : j’ai dû m’y reprendre à 3 ou 4 fois avant de réussir à rentrer dedans tellement c’est compliqué et tellement moi-même je ne suis pas toujours très intelligent. Mais une fois que j’en ai compris les tenants et aboutissants, c’était parti pour un grand moment de lecture intellectuelle intense d’intelligence condensée. Condensée sur plus de 600 pages, certes, mais ca grouille d’éléments philosophiques intéressants. Bref, c’est un texte qui ne se raconte pas, il faut le tenter, on en ressort grandi (cette phrase est très pompeuse, mais allez, tant pis, ça le vaut bien)

 

Un parfum de jitterbug (Robbins) : encore un très grand roman de monsieur Tom Robbins. Plus accessible encore que Une bien étrange attraction, mais non moins dense et truculent (oui, c’est une lecture truculente). Un univers bien à lui, comme toujours.

 

La bête au ventre (Bunker) : efficace, mais un Bunker mineur, trouvé-je.

 

Don quichotte (Cervantes (qui d’autre ?)) : il m’a fallu près de 35 années pour prendre le temps de le lire, et mazette, il était temps. J’étais impressionné par son format, circonspect vu l’époque à laquelle il a été écrit (j’avais peur que ça sonne vieillot chiant) et convaincu d’en connaître l’histoire. Mais si, c’est un mec qui se prend pour un chevalier et qu’est à moitié fou et combat des moulins pour retrouver sa dulcinée. Sauf que c’est beaucoup, beaucoup plus que ça. ‘Fin bon, il serait ridicule pour moi de faire une critique de Don Quichotte, j’imagine qu’ils sont 2 ou 3 à l’avoir fait avant moi, mais il n’empêche que c’est une lecture très moderne, qu’on ne s’ennuie pas, et que maintenant lors des cocktails je saurai de quoi on me parle.

 

Les derniers grizzlys (Bass) : nature writing dans toute sa splendeur

 

Dune I & II (Herbert) : j’avais envie de SF, tout d’un coup. Et j’avais ça sous le coude (les 3 premiers tout du moins). Et bon sang que ça m’a fait chier (il faut parfois dire les choses directement). Enfin de temps à autres mon attention était retenue au milieu de cette histoire de messie sur une planète sans eau avec des vers géants et je me disais que oh bah si finalement, c’est plutôt bien, je comprends que ce soit culte, mais tout de suite après PAF, l’ennui profond et sincère qui s’empare de moi. J’ai commencé le troisième, mais comme la moindre phrase avait tendance à m’irriter, j’ai laissé tomber. Ce qui est très rare chez moi. ‘fin bon, j’étais peut-être pas tant d’humeur que ça, finalement.

 

Secrets de polichinelle (Munro) : tout comme avec Lorrie Moore, j’aime beaucoup ces tranches de vie généralement féminine, toujours très bien écrites, toujours très fines. Pour amateurs de nouvelles, ou ceux qui voudraient s’y mettre.

Par Le libraire en question
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés