Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 23:40

De toute façon, dès l’instant où elle a franchi la porte de la librairie, j’ai su que rien de bon ne pouvait sortir de tout ça.

 

J’ai levé un sourcil de derrière mon comptoir pour mieux la voir. Enfin l’admirer, plutôt. Je la trouvais presque trop belle pour mon boui-boui. Cette espèce d’amas de livres rangé dans un ordre que moi seul comprends (à croire que l’ordre alphabétique n’est plus enseigné à l’école), que l’on nomme souvent de la culture alors que bon, hein, franchement, depuis quand je vends de la culture, moi ? Je ne sais pas pourquoi, mais peu de femmes lisent de la bande dessinée. Peut-être parce que c’est un loisir de feignasses, d’hommes qui veulent un plaisir solitaire en quelques minutes. Un début, une fin et des images pour ne pas avoir à les imaginer dans sa tête après avoir assemblé des mots, tout ça dans un album cartonné tout con qui tient pile poil dans la Billy Ikea du salon. Pas sûr que quiconque sur terre connaisse l’incipit de quelque bd que ce soit, d’ailleurs, ou qu’une bd se retrouve un jour éditée dans la Pléiade. Pas de quoi alimenter les salons littéraires, en tout cas. Oh, on a bien droit à un petit sujet de temps en temps, en janvier, quand ils se réunissent tous dans le froid, là bas en Charente, ou un regard amusé du revers de la main quand une palme d’or est décernée, mais ça s’arrête là.

 

Notez que je m’en fous un peu

Je ne porte pas d’étendard

Je vends des bds par hasard

Et pas juste pour faire rimer

 

Bref, cette gonzesse, là, je la sens pas. De manière générale, j’évite de juger un livre à sa couverture et les femmes à leurs bas (oui, j’ai du temps à perdre, tout seul derrière mon comptoir, vu qu’il parait que c’est la fin du livre, que de toute façon plus personne ne lit, que c’est l’évolution naturelle des choses et que c’est bien normal de pas voir de dinosaures avec des Iphones ou de dodos jouer à la DS. Et comme j’ai du temps à perdre, autant fantasmer. C’est ça ou bosser. Le choix est vite vu). De manière générale, donc. Mais elle a l’allure d’une femme égarée qui ne cherche pas son chemin. C’est très agaçant d’être mâle et de se sentir impuissant, de bien comprendre que derrière ces lunettes de soleil se cachent des sourcils qui n’ont pas besoin d’être épilés par la suprématie de l’homme avec un petit h. Des sourcils un poil méprisants qui savent qu’ils sont pas de la merde. Ces sourcils me mettent directement face à la médiocrité des miens, et c’est jamais vraiment agréable.

 

Fut un temps où moi-même je me soupçonnais d’être le fils du vent et d’une louve (j’ai le poil très soyeux), mais maintenant je jette de temps en temps un regard amusé au monde en en attendant la fin.

 

 

Bon, poursuivons, apparemment c’est pas pour tout de suite.

 

Moi je suis commerçant. De proximité qui plus est. J’arbore donc un sourire sincère pour (presque) chaque client (le factice, en matière de sourire, ne mène jamais bien loin. J’ai vraiment une tête de con, en plus, quand je souris pour de la fausse), accompagné d’un bonjour, priant très fort pour qu’on ne me parle pas de la météo ou du fait que ohlala vous devez vraiment être passionné, vous, pour lire tous ces livres.

 

Elle feint de ne me remarquer qu’à l’instant et se dirige vers moi. La bonne nouvelle, c’est qu’elle est plutôt moche, vue de près. Au temps pour moi. Ça devait être à cause des reflets dégueulasses dus aux ampoules bon marché que j’ai posées un peu partout. Ou alors c’est le colza qui commence à faire effet sur ma vue. Je sais pas. Toujours est-il que ouhla, non, non merci, mais bon, gentleman quand même, je vais pas lui tourner le dos pour autant.

 

Elle inspire profondément, exagérément, comme si elle humait l’air pour la première fois après avoir passé dix années à l’ombre et que des petites marmottes la tenaient par la main pour célébrer le printemps.

Enfin, des petites marmottes qui auraient trempé chacune dans une bouteille de cinq litres de parfum bon marché, parce que bon sang, ça cocotte à mort.

 

- ça sent le livre, ici, dites donc !

 

Je n’ai absolument aucune idée de comment répondre à cette remarque. Enfin poliment, je veux dire. Et pourtant, j’ai l’habitude des lieux communs tours de passe-passe pour me sortir de n’importe quelle situation.

 

- heu…faut dire qu’il y a des livres un peu partout

 

(avec un peu de chance, ça suffira, comme réponse)

 

- Je suis venue vous présenter des flacons de parfums qui imitent les grandes marques tout en étant de qualité

 

Je sens ça, oui, ça sent la marmotte cocottée jusque dans le cœur des livres.

 

- Désolé, ça ne m’intéresse pas.

 

Elle rit. Comme si j’avais fait une blague. Comme cette démarcheuse qui a ri quand je lui ai dit que non, je ne me rase pas, je peux pas vous donner mon avis sur cette mousse à raser.

 

- Mais enfin, avec quoi vous parfumez-vous ?

- Je ne me parfume pas.

 

Ça sonne un peu barbare, dit comme ça, mais c’est vrai. Je sens merveilleusement bon quand même, ça n’empêche pas, mais je n’ai pas une fragrance reconnaissable quand j’effleure de mon odeur les narines des ménagères avec mon caddie rempli de pâtes.

 

Le temps s’est arrêté un temps.

Et elle est allée voir ailleurs de quoi les pâturages sont faits.

J’espère qu’elle en profitera pour se rouler dans l’herbe.

 

 

Moi, en attendant, je vais mettre une marguerite dans mes cheveux. C’est le moment d’être coquet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

ororuK 05/04/2014 02:02


Donc, en fait, la BD, c'est le porno des livres !


Allez, une petite branlette intellectuelle, et au lit.

Barbara 03/04/2014 23:54


Je suis également une femme, je lis des BD depuis l'âge de 15ans .... et j'ai une fille de 14 qui, elle, se parfume (depuis peu).


Est-ce grâve docteur ?


J'ajoute qu'en plus je lis de la SF (mais pas seulement) ;-)

Le libraire en question 04/04/2014 00:28



ça remonte la moyenne en tout cas !



Virginie 03/04/2014 13:36


Ok pour le personnage de Chandler, j'avais bien saisi, mais en ce qui concerne le rap old school, je n'avais clairement pas les références nécessaires :)

Virginie 03/04/2014 12:58


Pour le titre, un jeu de mot avec des cubes sucrés et mous, ou bien me fourvoie-je ?

Le libraire en question 03/04/2014 12:59



ah non c'est pas ça !


 


y'a le personnage de fiction connu, associé à un rappeur old school qui l'est beaucoup moins



Bibigeneve 03/04/2014 11:50


MDR...  Je ne me parfume pas (mais j'aime bien quand mon homme sent le XS de P.Rabanne) et je lis des BD en plus de livres sans images! Ca rééquilibre???