Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 01:01

Elle arrive et pose ses seins sur le comptoir.

Au début j’avais pas trop fait attention (et pourtant c’est généralement le genre de chose que je remarque, même le matin), mais c’est sa voix caractéristique qui m’a sorti de l’espèce de sixième dimension dans laquelle je me trouvais, noyé dans l’absence de caféine dans mon sang, l’œil vague fixant une image au loin qui n’existe pas.

 

‘Saluuuuuuuuut !’

Mes yeux focalisent sur un point autre que le décolleté qui m’est présenté (je suis quelqu’un de poli, et j’ai cru comprendre que les femmes savaient toujours quand on regardait, même si on pense être en mode ninja furtif indétectable), et oui, il n’y a pas de doute possible, café ou pas café, c’est bien ma rescapée d’Ibiza aux seins nus sur la plage qui est là, plantée devant moi, telle une plante en pot qui se demande quand l’hiver se terminera et quand elle pourra enfin chlorophyller a fond les ballons (j’évite de parler d’engrais, je tente au maximum de garder mon humour à un niveau de respectabilité honorable. Je n’y arrive pas toujours, je vous l’accorde volontiers).

 

Comme je suis toujours poli depuis le paragraphe précédent, je lui demande ce qu’elle devient, si elle sert toujours des clients ingrats (je rappelle aux gens qui ne savent pas de qui je parle qu’elle est serveuse, et non call girl (j’avais prévenu pour l’humour)) ?

‘Pff ouais, ‘tain il fait froid là, j’aurais pas dû m’habiller comme ça, en plus laisse tomber, les rues sont pas salées, franchement heureusement que je paie pas d’impôts, je serais trop dégoûtée sinon’

 

Je n’invente rien. Je préfère le préciser par respect pour les lecteurs qui aimeraient, eux, payer des impôts (je me souviens de la première fois que j’ai payé l’impôt sur les revenus (ça a pas duré longtemps), j’étais réellement heureux et fier. Je me disais que ça servirait pour mes enfants, pour qu’ils prennent le bus, pour qu’ils aient de jolis passages piétons, pour que les tableaux à l’école soient reluisants et les livres neufs. Que je contribue à mon propre service de santé, que du coup les hôpitaux prendront encore mieux soin de moi, que j’aurai les meilleurs médecins du pays (on lui fait gaz du sang, Nfs, Iono (ca se voit que j’ai longtemps regardé Urgences ?), la totale, il paie des impôts, on lui doit bien ça). Jusqu’à ce que je me réveille et que je me souvienne que je n’ai pas d’enfants, que ni eux ni moi n’allons à l’école, que je traverse toujours en dehors des clous et que je ne prends que la voiture. L’altruisme, c’est surfait. Mais aussi par respect pour les quelques autres qui aimeraient en payer moins, des impôts, ou alors que ça serve à la rénovation du golf municipal et non au salage des descentes de garage. Ou alors des leurs. Mais bon hein, on va pas faire de politique, parlons plutôt des seins posés devant moi, immobiles (enfin j’imagine, vu que je ne regarde pas), transis de froid, livrés à eux-mêmes dans la jungle hivernale et hormonale (pas d’hibernation pour ça, je le crains), obligés de rester à découvert à cause de cette allumeuse de foire aux pigeons.

 

‘Et donc que puis-je faire pour toi ?’ demandé-je le regard posé sur les huit cartons Hachette que l’on vient de me livrer (et je voudrais pas dire, mais le livreur lui il a regardé le décolleté, c’est vrai que c’est pas discret, faudrait qu’on fasse un peu attention, c’est désobligeant pour vous autres femmes cette attitude. Et puis bon, ça vous regarde pas ce qu’on mate, d’abord).

‘Je me demandais si ça existait, le Kama-Sutra en Bd ?’

‘Heu…ben les illustrations du Kama-Sutra sont déjà relativement explicite il me semble, pourquoi tu les voudrais en Bd ?’

‘Oh comme ça, je m’intéresse au sujet. On m’en a offert un pour Noël, j’ai trouvé ça un peu bizarre, mais délire quand même’

‘Ah…ben heu non, j’ai pas ça non. J’ai « L’anti-Kamasutra à l’usage des gens normaux », d’arthur de pins et Mazaurette, mais quelque chose me dit que c’est pile le contraire de ce que tu me demandes’

‘ben ouais, si c’est anti…bon, pas grave. Allez, je fonce, suis en retard’

Et alors qu’elle était de nouveau sortie de ma vie du moment, la frontière de la porte franchie, elle fait demi-tour, passe la tête par la porte et me dit

‘Je te raconterai pour le Kama-Sutra’

 

Encore ce soir, j’ose à peine imaginer ce qu’elle entendait par là.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article

commentaires

Co 06/02/2009 11:20

Ah ça faisait longtemps ! Pour Ibiza Girl et ma lecture de blog.
Le Kama-Sutra en BD.. Une question que je me suis posée lorsque j'ai passé le pas de ta porte avec mon homme. On en a d'ailleurs aperçu un qui y ressemblait je crois, en version japonaise je crois. Hu ?
Derrière tout ça, tu comprendras que ça m'intéresse aussi. Je reviendrai donc. Be ready!

Feuilles 05/02/2009 23:48

... C'est un peu cruel quand même.

Mais je vais faire un copier-coller du texte et la rajouter, comme ça je pourrait dormir.

(Non, j'suis pas maniaque !)

Feuilles 05/02/2009 23:40

Héhé la subtilité n'a pas l'air d'être son fort.

(Sinon, je suis complètement perdue, il manque une parenthèse, mon monde est resté en suspension dans l'attente de la fin de ton aparté...

Le libraire en question 05/02/2009 23:42


ah oui? il m'avait semblé qu'aucune ne manquait a l'appel. J'ai un peu la flemme de tout relire, tant pis, désolé pour la frustration eternelle!


La Souris Blonde 05/02/2009 22:03

Aaaaaah, enfin... Moi aussi, elle me manquait, la miss, c'est une leçon de bourrinage à elle toute seule.
Attention, jeune libraire : si jamais vous laissez paraître qu'elle vous a choqué, même un tout petit peu, alors elle a gagné - si ça se trouve, elle ne cherche rien de plus que vous faire rougir.

claire p. 05/02/2009 20:15

LE LIBRAIRE NOUS MENT !!!!... impossible de poser ses seins... faut être naine ou avoir la poitrine qui tombe... j'ai testé aujourd'hui... l'est bien trop bas son comptoir !

Le libraire en question 05/02/2009 20:27


ah mais fallait me demander, je vous aurais montré comment elle s'y prend.

le secret, je l'accorde, c'est qu'il faut se pencher bien en avant