Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les libraires se cachent pour mourir
  • : Un libraire se livre (oui bon...). Les doutes, les joies, les peines et les découvertes sans cesse renouvelées dans ce milieu merveilleux. Ou alors c'est simplement le quotidien d'un mec qui lit des Bds et qui est payé pour ça
  • Contact

/

Pages

4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 12:26

J'ai pas le temps de faire une présentation parce que bon, techniquement ça se voit pas mais là je bosse (enfin j'attends le challand en contemplant mes cartons pleins devant moi). Mais comme absolument tout le monde connait le très drôle très fin Monsieur Patate Vidberg, ça va. http://vidberg.blog.lemonde.fr/

Bon par contre vous comprendrez bien qu'il n'est pas simple de trouver des visuels...

 

En fait, je crois que je suis simplement incapable de réaliser une liste de 10 bouquins indispensables qui m'ont marqué : ma mémoire me joue des tours, je vais en oublier, j'ai sans doute changé d'opinion par rapport au jour où je les ai lu, je vais mentir, même à mon insu, pour paraître plus intelligent que je ne le suis (ce que je suis sans doute par ailleurs)...

Enfin bref, j'ai triché, je t'ai fait une liste de mes BD favorites pas encore lues que j'attends de lire et qui vont changer ma vie. Parce qu'au final, j'espère bien que le meilleur reste à venir.

Dans le désordre :
- Cette super BD à 4 mains de Bouzard et Goossens, ping pong ludique et humoristique dont je ne serai pas prêt de me remettre et dont je vais envier l'idée pendant un moment

- La saga de SF Trondheim qu'on attendait pas du tout dans cette catégorie et dont l'adaptation au ciné me fait rêver. Il est fort, le bougre !

- Décidément, Frédérik Peeters est un grand Monsieur. Son futur album "déambulations chromosomiques almabiquées" est un pur chef d'oeuvre de finesse et de poésie.

- Boulet est devenu une grande signature avec de la BD en tranche diffusée sur Internet, souvent rédigée sur le mode du cadavre exquis et compilée en album. il me sidérera en sortant cet énorme projet de série complexe et travaillée qui prouve que ce n'est pas qu'un type doué : c'est aussi un grand auteur

- Je ne pensais pas que Christophe Blain serait capable d'écrire un chef d'oeuvre sur le thème de la plomberie. "Tuyauterie" méritera pourtant son prix du meilleur album à Angoulême.

- Avec "Les yeux en face des trous", Kris et Davodeau prouveront une fois encore qu'il est possible de réaliser une grande BD reportage touchante et sensible, sans voyeurisme, sur le monde du porno. Un grand prix des lecteurs France Inter bien mérité.

- Je vais jalouser à mort James pour le pavé de 630 pages qu'il sortira au mois de mars 2014 chez Delcourt, drôle, fin, caricature brillante du monde politique, en couleurs directes, réalisé en trois jours entre deux projets pour Futuropolis et Dargaud.

- Et puis il y aura le déclic 12, une BD très réussie de Manara surtout sur le plan du scénar à laquelle on ne croyait plus vraiment. Mention spéciale à Ibn al rabin qui réalise le dessin et qui ne s'en sort pas si mal.

- Et puis il y a ce petit jeune auteur qu'on attendait pas, dont je ne connais pas encore le nom et qui va changer le monde avec ses crayons

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 15:00

Là, je sèche un peu. Que dire d'un auteur qui, Bd après Bd, ne cesse d'apporter des cartouches supplémentaires aux libraires que nous sommes, tant ses oeuvres sont idéales pour la découverte de cet art. De l'humanité, des personnages denses, de l'amour de partout pour des histoires bien construites, et une sincérité de chaque instant. Rural, Les mauvaises gens, Un Homme est mort (scénarisé par le nom moins tout chouette Kris) ou encore Les ignorants sont des exemples parfaits de 'Bd documentaire pas chiantes et passionnantes'. Bref, je vote pour.

 

Ce ne sont pas les auteurs qui m'ont fait découvrir la bande dessinée (qui sont, grosso modo, les mêmes que tous ceux de ma génération) ni exactement ceux dont le travail m'a encouragé à me lancer dans l'aventure, mais ce sont des livres qui, à un moment ou un autre, m'ont stimulé, réveillé, voire dopé. Ils ont été une sorte d'antidote à l'écrasante masse des bouquins tièdes, ceux qui, parfois, me font douter de ce qu'est, de ce que pourrait être la bande dessinée. 
Enfin, Mystérieux Libraire, c'est seulement parce que tu as essayé de nous forcer la main dans ton fielleux post du 30 mai (et aussi parce qu'ils figurent déjà dans plusieurs des listes déjà publiées) que je ne cite pas -en lettres de feu- un indispensable petit garçon blond ébouriffé et son tigre sarcastique.
(Liste en vrac):
- Le filet de St Pierre, de Jean-Pierre Autheman (Glénat)
http://www.bedetheque.com/media/Couvertures/filetdesaintpierre.jpg
- Le courseur de Vincent Hardy (Vents d'Ouest)
- Dans les villages de Max Cabanes (Dargaud)
- Plageman de Guillaume Bouzard (Les requins Marteaux)
- Retour vers l'enfer de Daniel Goossens (Fluide Glacial)
- Aggrippine de Claire Brétécher
- Léon la came de Nicolas de Crécy & Sylvain Chomet (Casterman)
- Le val des ânes de Matthieu Blanchin (Ego comme X)
- Armalite 16 de Michel Crespin (les Humanos)
- Boucherie charcuterie, même combat de Bruno Heitz (Gallimard)
Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 14:51

Fred, c'est le plus beau d'entre-nous autres libraires. Il se bat et se démène au nom du concept un peu curieux de la culture pour tous (enfin d'une certaine culture, celle qui embellit et rassemble et laisse les non-curieux sur le bord d'une route qui de toute façon ne veut pas d'eux), organise des festivals, des expos, des concerts, des concerts-expo, enregistre des emission et...tient une librairie, donc. Je l'aime comme un frère de barbe drue, même si je suis un peu jaloux de ses ventes de Duncan Chien Prodige.

Actualités et billets d'humeurs de la librairie BD Au Grand Nulle Part.

vendredi 31 mai 2013

 


 


Les top listes, c'est le genre d'exercice qui me frustre et me met en rage parce qu'à chaque fois que j'arrive au bout je me dis que "ha merde j'ai pas mis Machin, ni Truc et ce bouquin de Bidule qui est trop top-moumoutte..."
Frustrant, vous dis-je.
Du coup, je vous en mets treize à la douzaine, comme pour les apotres et le libraire caché est notre prophète.



l'autoroute du soleil - Baru : LE road-trip français à faire baver les ricains !

 

 

 


Las rosas - Pastor : Comme si les frères Coen faisaient du Almodovar ...Magistral !

 

 


Combat ordinaire - Larcenet : Poignant, émouvant, prenant.

 


Les aventures de Jules - Bravo : Il faut lire TOUT Bravo. Il est Goscinny, Hergé et Reiser à lui tout seul.

 


Le corbac aux baskets - Fred : Avec F'murr, Gotlib et Pratt, l'auteur qui m'a fait rentrer dans le monde adulte de la BD.

 

 


Comme un gant de velours pris dans la fonte - Clowes : lu quinze fois et toujours pas compris mais quelle douce sensation de malaise comfortable tout au long de sa lecture ...

 

 

 

 

 


Duncan le chien prodige - Himes : ma claque de lecture de cette année. Dantesque, hors-norme,jubilatoire.

 

 

 

 


Autobiographie of me too - Bouzard :Bouzard est grand, Bouzard est beau, Bouzard est Bon.

 

 

 


Pat Boon - Winshluss : méchant, cynique et rentre dedans tout en restant hilarant. Un bon concentré de Winshluss.

 

 

 

 


Preacher - Ennis/Dillon : Du sang, de la chique et du mollard. Taré et déjanté.

 

 

 


Alias - Bendis : Du grand polar. Scorcese période Les affranchis.  Il faut lire aussi le Daredevil du même auteur. 

 

 

 

 

 

 

 


Jimmy Corrigan - Ware : oeuvre neurasthénique, hypnotique et fascinante.

 


Calvin & Hobbes - Watterson : Devrait être remboursée par la sécu et déclarée oeuvre de salubrité publique. Le meilleur des Prozac.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 21:28

Isabelle Bauthian est (elle aussi, oui, je sais), scénariste. Quand elle ne scénarise pas des lettres ouvertes à notre Ministre de la culture, elle écrit des récits sensibles et le plus éloignés possibles des clichés qui sont légion dans le genre. Mais elle est aussi parfaitement capable de faire dans l’action (si j’ose dire) et la jeunesse et de jouer les actrices quand le temps le permet. Bon par contre visiblement elle ne trouve pas le temps de lire beaucoup de Bds, vu qu’elle n’en a trouvé que 9. A moins qu’elle ne soit aussi difficile en lecture qu’en écriture (j’ai constaté que j’étais plus sympa avec les gonzesses ici qu’avec les mâles. Ça doit être Freudien. Ou le printemps). http://isabellebauthian.com/

 

Garulfo – Parce que l'Exemple (tu l'as vue, ma majuscule?) de ce qu'est pour moi une bonne bd. Parce qu'une écriture irréprochable et chiadée sans sombrer dans l'exercice de style onaniste, un humour à la fois fin et à hurler de rire, un vrai fond derrière la gaudriole. Parce que c'est la seule série dont je connaisse les dialogues par cœur et que je peux lire et relire malgré tout. Parce que LEPREUX !!!

 

http://www.bedetheque.com/media/Couvertures/garulfo03.jpg

 

Calvin & Hobbes – Parce que parmi les livres les plus intelligents, subtils, riches, humains, pertinents que j'ai lus, tout style littéraire confondu.

 

Sandman – Parce que Neil Gaiman. Ça ne suffit pas ? Ça devrait.

 

Elfquest – Parce que cette série m'a fait revenir à la bd, alors que je découvrais la littérature de fantasy. Parce que c'est inspirant. Parce que très bons personnages secondaires développés sur la longueur. La traduction française "mot à mot, remettez vous-mêmes dans l'ordre" m'a fait préférer la VO pour ma seconde lecture et découvrir, derrière une histoire a priori sans prétentions, un sous-texte finalement assez chiadé.

 

HK – Parce que c'est ainsi que j'ai découvert Jean-David Morvan, et un style de bd qui correspondait à ce que je voulais faire : des bouquins accessibles sur la forme, et fins et profonds sur le fond. Parce que je trouve qu'on glorifie souvent à tort la formule inverse. Parce que le tome 3 (ancienne édition, je m'y perds dans les nouvelles) m'a épatée. Parce que je veux la suite.

 

Jeremiah – Parce que l'écriture particulière de Hermann. Parce que le graphisme particulier et superbe de Hermann. Parce que c'est la seule série que je continue de suivre avec plaisir même si je la trouve inégale sur la longueur, juste parce que c'est Hermann et qu'il a quelque chose en plus.

 

Hunter X Hunter – Parce que le seul shônen qui n'a pas fini par tourner en rond et me lasser, parce que Togashi évite les ressorts naïfs du genre, tels la série de vilains méchants tous comme par hasard rencontrés dans l'ordre croissant de puissance, ou bien les gamins de 12 ans qui deviennent miraculeusement plus forts que tout le monde. Parce que quel talent dans l'épure graphique, et parce que quels personnages !

 

Johan et Pirlouit – Parce que la seule bd de mon enfance que je relis maintenant en me disant encore "mais que c'est bon !"

 

 

Les aventures d'Astérix le Gaulois – Parce que désolée mais, à un moment, faut dire ce qui est, même si c'est facile.

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 21:09

Marie est libraire. Et elle écrit. Bien. Fort bien même. Ce qui lui permet de partager ses coups de cœur (de bon goût) sans qu’on ait l’impression de lire une rédaction de troisième avec une note à la fin. Ce qui n’a pas de prix. Ajoutez à cela que son blog a pour sous-titre une phrase clef de Bukowski, et vous devinerez tout le bien que je pense de son travail dans et hors de la librairie (http://marierameau.wordpress.com/)

 

Ouais, non mais, c'est vraiment salaud cette histoire de liste. Impossible d'arrêter d'y penser. On croit tenir le bon top, on réfléchit 2 minutes et d'autres titres viennent s'imposer comme des chefs d'oeuvre. Ca me frustre à mort. Et le pire, c'est qu'une fois le défi lancé, il n'y a qu'un seul moyen de faire redescendre la pression cérébrale : écrire ta putain de liste. Alors je le fais pour en finir avec ce casse-tête. 

 

1- Sandman de Gaiman et tout plein de dessinateurs, dont Dave McKean. Parce que sans ça, je ne serai pas qui je suis aujourd'hui. C'est ma fondation.

http://collider.com/wp-content/uploads/the-sandman-neil-gaiman.jpg

2- Transmetropolitan de Warren Ellis et Darick Robertson. Parce qu'un coup de pied dans les couilles de temps en temps, ça remet les choses en place.

3- Il me faut un Alan Moore et je vais faire mon intéressante en choisissant Filles Perdues, dessiné par Melinda Gebbie. Parce qu'il fallait bien placer cette bien charmante encyclopédie du sexe et des perversions, aussi.

4- L'Ascension du Haut Mal de David B. Parce que c'est une claque à tous les étages.

5- Un Debeurme, disons Le Grand Autre ou Céfalus ou Renée. Ouais bon. Je peux pas choisir. Parce que la poésie et le bizarre mélangés, ça me scotche au canapé.

6- Cinema Panopticon de Thomas Ott. Parce que je peux pas dire de tête son autre album ayant pour titre une suite de chiffres. Et qu'il faut tout lire de lui de toute façon.

7- Black Hole de Burns est trop sorti, alors je le remplace  dans ma liste par le Roi des Mouches de Mezzo et Pirus. Si y a quelqu'un que ça gène, c'est pas mon problème. Pas la peine de dire pourquoi. L'exigence artistique des deux mecs se passe de commentaire.

8- Blast de Larcenet. Parce que le mec est incontournable. Parce que ça me fait hérisser les poils tellement c'est beau et sordide. Pas forcément dans cet ordre.

9- J'aurai pu dire Kingdom Come, mais ce sera plutôt Uncle Sam de Alex Ross que je garde. Parce qu'on y voit la sale réalité dévoilée à travers un regard fou.

10- (rhaaa... ça peut pas être le dernier titre que je choisis...) Bon. Asterios Polyp de Mazzucchelli. Parce que... PARCE QUE !

 

C'est écrit. Je vais pouvoir dormir et arrêter d'y penser...

Quoique... Oh merde, j'ai pas mis... RHAAAAAAAAAAA...

 

J'aurai ta peau Libraire Caché.

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 20:52

Je sais pas ce qui m'a pris de demander à autant de scénaristes, moi. Faut croire que je les aime d'amour profond et tendre à la fois. En tout cas, il fait honneur à celui qui en a inventé la profession (enfin la reconnaissance, plutôt), à savoir Goscinny, tant ses Bds respirent la drôlerie, les jeux de mots et les calembours. Essayez voir d'en faire, du calembours, vous verrez que vous serez vite catalogués 'tonton chiant qui fait chier avec ses blagues nulles aux mariages des cousines'. Nicolas Pothier, lui, il arrive à faire tourner les pages d'une Bd avec joie et bonne humeur. Ce qui est toujours bon à prendre (oui donc oui, il faut lire Ratafia, mais ça je l'ai déjà dit suffisamment par ici).

 

Beaucoup de classicisme (voire de conventionnel), une rafale d'humour, un peu de saudade et un zest d'indépendance... c'est tout moi, ça.

 

Top-2010-20Pothier.jpg

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 20:45

Marc Dubuisson tient un blog. Même plusieurs. Et pourtant, c’est un auteur, un vrai (comme quoi hein, c’est pas que une tare d’être bloggeur et c’est pas rien que des gens sans talent qui feraient mieux de rester virtuels), un qu’est drôle, un qui mériterait d’être un peu plus visible (ça tombe bien, ça arrive bientôt). La Nostalgie de Dieu est salutaire, et dispo en intégrale chez Lapin (petit coup de pub discret en passant).

 

Parmi ces albums, des auteurs qui m'ont inspiré et m'inspirent toujours par leur travail (Watterson, Franquin, Ferri), d'autres qui m'ont totalement fait rentrer dans leurs univers graphiques et romanesques (Peyo, Smith, Seth, Moore, Franquin encore) et les autres parce que j'aime qu'on me raconte aussi des histoires de l'Histoire (notamment la seconde guerre mondiale). J'aurais très bien pu mettre La Guerre d'Allan à la place d'Opération Mort mais Opération Mort a l'originalité de nous raconter la guerre du côté des Japonais en humanisant ces soldats qu'on a tendance à voir comme des clones kamikazes (je l'ai d'ailleurs lu à peu près en même temps que j'ai regardé la série HBO "The Pacific", ce qui permet une vision moins binaire des deux camps).

 

- Le Schtroumpfissime (Peyo)

 http://www.bedetheque.com/media/Couvertures/schtroumpfscou02.jpg
- Calvin & Hobbes (Watterson)
- Les idées noires (Franquin)
- Bone (Jeff Smith)
- La vie est belle malgré tout (Seth)
- Le retour à la terre (Ferri & Larcenet)
- Maus (Art Spiegelman)
- From Hell (Campbell & Moore)
- Opération Mort (Mizuki)
- Gaston Lagaffe (Franquin)

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 00:33

Si vous aimez l'humour drôle qui grince et qui fait vraiment de l'effet sous le sapin (ou à n'importe quelle occasion d'ailleurs, c'est juste que moi j'aime bien les offrir à Noël, ça met tout de suite de l'ambiance), tentez Terreur Graphique, qui sait comment conjuguer anus avec poésie. Et c'est pas donné à tout le monde.

 

voilà, il est presque 7 heures, j'ai pensé toute la nuit à cette liste, 'ai retourné le truc dans tous les sens : comment faire rentrer mes 100 bds préférées dans un top 10...
Et bien on ne peut pas, alors voilà :

1 - Ice Haven de Daniel Clowes

http://www.bedetheque.com/media/Couvertures/IceHaven_27052006.jpg
2 - Ici même de Tardi & Forest
3 - Ripple de Dave Cooper
4 - the complete crumb comics de Robert Crumb
5 - Le Jeune Albert de Chaland
6 - Les innommables de Yann & Conrad
7 - Soyons fous de Larcenet
8 - Waldo's Bar de Blutch
9 - Bambi de Kaneko
10 - Misery loves comedy de Brunetti

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 00:22

Vous vous en rendez pas forcément compte, mais cet homme (ce fou), abat un boulot incroyable chaque année pour du9.org avec ses dossiers numérologie. Un homme qui aime autant les chiffres et qui les manie aussi intelligemment ne pouvant pas être totalement mauvais, c'est tout naturellement que je lui ai demandé de se prêter au jeu.

 

Je me méfie des tops et des listes, d'autant plus lorsqu'elles sont données comme ça, de manière brute, sans que l'on vienne expliquer pourquoi tel titre se trouve là. Se pose aussi la question de savoir pourquoi tel autre titre n'y aurait pas sa place, le fait que ces listes changent avec le temps et/ou l'humeur, et qu'elles ne sauraient être autre chose que le reflet éphémère d'un moment donné. J'invoque donc le droit de me dédire, de renier tout ce qui suit et de soutenir exactement l'inverse si besoin est. Qu'on se le dise.
Ah oui, dernière précaution d'usage: il y a dix titres, mais l'ordre ne correspond à rien (si -- après coup, j'ai décidé de classer par ordre alphabétique des auteurs). L'idée de noter ou d'organiser des œuvres en prétextant que telle est «meilleure» que telle autre me hérisse au plus haut point. Il y en a donc dix, parce que c'est l'exercice qui le veut, il n'y en a pas qui soient plus ou moins indispensables à mes yeux, et cette remarque s'étend aux dizaines d'autres livres que j'aurais pu citer ici.
Anton Kannemeyer & Conrad Botes - "Bitterkomix"
 Gros bouquin publié par l'Association et criminellement ignoré par la critique, "Bitterkomix" est une claque, une ouverture sur un territoire inconnu de bande dessinée, doublé d'une intelligence politique incroyable. La rencontre avec les auteurs à Angoulême reste pour moi un souvenir très fort.
http://3.bp.blogspot.com/_HZWdWl9jpL4/S0ndguVJrPI/AAAAAAAAAsg/BC9vHUY0xIg/s400/bitterkomix.jpg
Charles Burns - "Black Hole"
 Charles Burns, Daniel Clowes, Chris Ware -- difficile de choisir un titre pour ces trois auteurs qui se trouvent un peu dans la même catégorie pour moi. On y trouve une sorte de perfection formelle, un rien glaciale, qui met le lecteur un peu à distance. C'est finalement sur "Black Hole" que je me suis arrêté, parce qu'il s'y trouve une véritable sensualité, dans un le récit qui tient incroyablement bien malgré la décennie qu'il a fallu pour sa réalisation.
http://v2.du9.org/wp-content/uploads/img/jpg/blackhole.jpg
Peter Milligan & Duncan Fegredo - "Enigma"
 J'aurais pu citer pas mal des titres qui paraissaient alors chez Vertigo -- "Sandman", "Preacher", "The Invisibles" -- mais c'est étonnamment celui-ci qui me reste comme étant une sorte de bon condensé de l'époque. Mystique, sombre, tordu aussi, et très bien servi par le dessin de Fegredo. 
Vincent Fortemps - "Par les sillons"
 Le travail du FRMK me fascine, et m'intimide également. Pas que j'aie peur d'ouvrir leurs livres, mais que bien souvent, il m'est difficile d'en parler ensuite. Vincent Fortemps fait partie de ces auteurs-là, dont le dessin (muet, gratté, sombre) est d'une élégance folle (je pense aussi à Dominique Goblet, qui joue dans la même cour) et dont les récits sont parfois si fragile qu'on ne peut en parler sans en donner une image forcément abîmée, et bien moins forte que l'original. C'est une lecture qui ne se raconte pas.
Jochen Gerner - "Contre la bande dessinée"
 Le travail de Jochen Gerner me fascine, dans sa simplicité apparente et dans la richesse de son approche. Bien sûr, "Contre la bande dessinée" m'intéresse particulièrement par rapport au discours de/sur/autour de la bande dessinée, mais il faudrait presque y rajouter tout le reste de sa bibliographie.
Los Bros Hernandez - "Love & Rockets"
 Il m'a fallu du temps pour réussir à dépasser le premier recueil chronologique ("Music & Mechanics"), dont je ne savais trop quoi penser. Mais ensuite, une fois que les frangins trouvent leur voie, on se laisse embarquer... Une petite préférence pour les récits de Beto, plus foutraques parfois, mais à mon sens plus aventureux aussi. Ou alors, c'est que je ne suis pas assez punk pour lui préférer Jaime.
Frank King - "Gasoline Alley"
 Une belle claque que de découvrir ce récit de vie, où les personnages vieillissent jour après jour. On y retrouve les choses simples de la vie, avec une double résonance: Frank King y dessinant sa propre paternité nouvelle, et moi-même y trouvant les échos de la mienne. C'est aussi superbement dessiné, mon seul regret étant que les Sunday Pages ne soient pas inclues dans l'édition de Drawn & Quarterly.
Matsumoto Taiyô - "Printemps bleu"
 Matsumoto Taiyô m'est important à plus d'un titre -- c'est le premier auteur japonais qui m'a fait découvrir qu'il pouvait y avoir un "autre" manga. Et puis, c'est aussi un auteur avec une bibliographie exceptionnelle, toujours mouvant, toujours évoluant, toujours unique. Alors pourquoi "Printemps bleu"? Peut-être parce que c'est un recueil de récits courts, qui donnent à voir toute une palette d'approches et d'ambiances. Et peut-être aussi pour son adaptation en film, impeccable également, et fabuleusement servie par la musique de Thee Michelle Gun Elephant. Oui, c'est le nom du groupe.
Fabrice Neaud - "Journal t.4"
 Il y a beaucoup de projets autobiographiques qui m'ont marqué ("Approximativement" de Lewis Trondheim, "Journal d'un Album" de Dupuy et Berberian, "Livret de Phamille" de JC Menu, etc.), mais ce quatrième (et, pour l'instant, dernier) volume du Journal de Fabrice Neaud est fascinant en ce qu'il boucle la boucle, en quelque sorte, puisqu'il y est question de la sortie du premier volume -- et donne l'occasion à l'auteur de s'interroger sur sa pratique de l'autobiographie.
Tsuge Yoshiharu - "Neji-shiki"

 

 Je n'avais pas complètement été conquis par "L'homme sans talent" lorsqu'il avait été publié par ego comme x, mais la lecture de ce recueil de récits courts parus dans Garo (en particulier "Kurenai Hana", puis "Yoshiharu no Seishun") m'ont absolument convaincu de l'importance de Tsuge. Puisque l'on ne peut espérer qu'il soit plus traduit, ne reste qu'à apprendre le japonais pour le lire. Et franchement, ça en vaut le coup.
Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 00:06

Lupano c'est un peu l'étoile montante des scénaristes de talent qui apportent un vrai quelque chose au paysage Bd potentiellement grand public du moment. Bon, je dis étoile montante, mais en vrai ça fait un moment qu'il est chouette. C'est juste que rien que sur les deux dernières années, c'est Le singe de Hatlepool, Azimut et L'homme qui n'aimait pas les armes à feux. Rien que du super coolos.

 

Calvin et Hobbes de Bill waterson
Je ne cite pas un album, tout est bon et rebon. C'est le graal de la BD. Si on mesure la qualité d'une BD à la quantité de fois qu'on la relis, alors il n'y a pas match, c'est Calvin et Hobbes les patrons.

 

http://images.cryhavok.org/d/3364-2/Calvin+and+Hobbes+-+Intelligent+Life.jpg

STITCHES de David Small

 
Grosse émotion que cette BD, son histoire, son traitement graphique, le degré d'implication de l'auteur.

V pour vendetta de Moore et Lloyd

 
Une BD que j'ai mis longtemps à apprivoiser, que je ne voulais pas lire, dont je n'aimais pas le graphisme, de prime abord... Et puis la vérité finit par s'imposer: c'est excellent. Je ne m'étendrai pas sur la version cinoche.

Asterix et le domaine des Dieux Goscinny et Uderzo

J'avais des scrupules à faire comme pour Calvin et citer TOUT Astérix, alors j'ai choisi celui-là, qui est pour un scénariste ce que le boson de higgs est au chercheur en physique quantique: tu vois bien que cette petite merveille existe, mais tu as du mal à reproduire l'expérience qui y mène... Parler à la fois d'esclavage, de colonisation culturelle, de corruption, de tourisme de masse, d'écologie, d'identité etc... tout en mettant autant de baffes aux romains, et avec une fin aussi géniale, non vraiment, les deux compères, ils ont montré qui c'est Raoul.

LA CREVE de RIFF REBBS


Un album qui m'a pelé le cuir, dans mes jeunes années.

TOUT TORPEDO de BERNET Et ABULI


Je refais le coup de l'intégrale, mais que faire ? Torpedo est aussi injustifiable, qu'incontournable. On s'en veut de rire à des trucs aussi cons, mais on rit. Et là encore, l'indicateur de relecture systématique est stratosphérique.

Achille Talon et LE ROI DES ZÔTRES de Greg

J'y peux rien, j'adore cet album. manière de dire tout le bien que je pense de l'écriture et de la folie de Greg. Achille Talon est un héros de mon enfance, et cet album est une merveille absolue.

SILENCE de CÔMÈS

Encore un album qui m'a salement remué, dans mon adolescence. j'en profite pour dire à quel point j'ai trouvé que "l'expo" qui lui était consacrée l'année dernière à Angoulème sentait très fort le minimum syndical. L'homme méritait mille fois mieux.

L'institution, de Binet

L'équilibre parfait du tragicomique. Un album utilise, là encore d'un auteur largement sous-célébré.

LES AMATEURS de Brecht Evens

Il faut aussi un peu parler du présent, et même de l'avenir. Brecht evens est un auteur que j'ai découvert l'année dernière. Je trouve son travail vraiment passionnant, et à mon avis, le meilleur est à venir.

Repost 0
Published by Le libraire en question
commenter cet article